Speeches

State House

DISCOURS DU PRÉSIDENT JAMES ALIX MICHEL SUR L’ÉTAT DE LA NATION; 25 FEVRIER 2011

Mon, 28 February 2011

DISCOURS DU PRÉSIDENT JAMES ALIX
SUR L’ÉTAT DE LA NATION
LE 25 FEVRIER 2011


« Vaincre pour les Seychelles »


Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Président Mancham,
Monsieur le Président de la Cour Suprême,
Monsieur le Président de la Cour d’Appel,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Madame le Leader des Affaires du Gouvernement dans l’Assemblée Nationale,
Monsieur le Leader de l’Opposition,
Mesdames et Messieurs les Députés de l’Assemblée Nationale,
Excellences,
Invités distingués,


Chers Frères et Soeurs Seychellois,


Quel est l’état de la nation Seychelloise aujourd’hui ?
« Le monde exprime ce que nous disons ! »
C’étaient les mots d’une femme dans un meeting, tout récemment. Cette phrase relate tout ! Oui,
le monde parle du succès des Seychelles. Il y a de nombreuses raisons pour parler de notre
succès : notre croissance économique pour l’année 2010 était de 6,2%. Elle a dépassé la
prévision de 4% qu’avait faite le Fonds Monétaire International. Avec plus de 47% de sa
superficie territoriale érigée en réserve, les Seychelles sont le premier au monde en matière de
conservation et de gestion environnementale. Par trois fois, nous avons libéré nos frères pris en
otage par des bandits Somaliens. La bravoure et la ténacité de nos soldats est une victoire pour
les Seychelles. Cinq pétroliers battent pavillon Seychellois à travers le monde et les Seychelles, un
petit pays de 89.000 habitants, développent leur industrie d’exploration pétrolière. L’Université des Seychelles a ouvert ses portes pour accueillir son premier groupe d’étudiants. Plus important encore, la réforme économique que nous avons entreprise il y a deux ans, autant de choses qui montrent au monde entier, la ténacité et la renaissance de la petite nation Seychelloise.

Dans mon discours sur l’État de la nation en 2010, j’avais dit que nous avions commencé l’ascension d’une montagne et que nous étions déterminés à parvenir au sommet. Aujourd’hui, la nation Seychelloise est arrivée à ce sommet et nous portons loin, très loin notre regard, vers la victoire pour les Seychelles. Si nous avons pu en arriver là, c’est parce qu’ensemble, comme un seul peuple, rien ne peut nous arrêter ! Aujourd’hui, le succès de notre réforme économique est une victoire pour les Seychelles ! L’état de notre nation est solide ; très solide. Notre nation est solidement debout et vise vers encore plus de victoire.


Notre harmonie, notre cohésion sociale, notre unité, la paix et la stabilité dans notre pays, sont une victoire pour notre démocratie.
J’ai proclamé le thème national pour 2011 : ‘‘Vaincre pour les Seychelles’’. Les Seychelles méritent
cela : la victoire et plus encore.

Trois Évènements Majeurs


L’année 2011 se présente avec trois évènements très importants. Tout d’abord, dans quelques
jours, le « Carnaval de Victoria » - une manifestation de l’exubérance de notre culture, de notre
joie de vivre qui, à travers la participation de plusieurs pays, contribuera à renforcer le label des
Seychelles. C’est une manifestation par laquelle nous attirons le monde ici, aux Seychelles.
Deuxièmement, les élections présidentielles : une expression vivante et dynamique de notre
démocratie ! Notre pays a vécu plusieurs transformations dans son histoire. Le 14 avril 2004, j’ai
posé la pierre de fondation des nouvelles Seychelles, qui nous permettra de prospérer dans ce
monde compétitif. J’ai commencé un travail. Je ne suis pas le genre de personne à délaisser une
oeuvre incomplète. Nous avons aujourd’hui une structure solide et il y a du travail, quant à bâtir
l’édifice qui abritera et accueillera tous les Seychellois, sans exception. Ce travail, cette mission,
c’est ma passion, ma vie, parce que je crois en mon peuple, et le peuple Seychellois croit en moi.
Mon principal souhait pour cette élection est qu’elle se déroule en paix, la tolérance et le respect
pour l’opinion d’autrui. Les Seychelles ne pourront jamais survivre dans le désordre, la discorde
et la violence. Les Seychelles ne méritent pas ça du tout. Les Seychelles méritent ce qui est bien !
Les Seychelles méritent la victoire ! Pour moi, c’est cela qui importe, et c’est ça la victoire pour
les Seychelles.


Troisièmement, les Jeux des Iles de l’Océan Indien. « les Jeux des Iles » nous rallient comme
une nation dans une grande manifestation sportive où nous sommes appelés à affronter les
meilleurs athlètes dans notre région, et de laquelle nous espérons sortir vainqueurs ! Une autre
victoire pour les Seychelles ! Les préparatifs ont déjà commencé et j’ai entière confiance en nos
athlètes et organisateurs. Pour cet évènement, les Seychelles accueilleront 2000 participants, dont
ceux des Seychelles – le plus grand nombre que ces Jeux aient déjà enregistré. Je profite de
l’occasion pour remercier toutes les organisations et individus qui contribuent pour amener cette
victoire aux Seychelles, que ce soit à travers un soutien financier, ou à travers la contribution
faite par plus de 1000 volontaires qui ont offert leur temps. Les Seychelles leur dit merci et leur
souhaite bon courage. Je joins également ma voix à celle de chaque Seychellois, pour souhaiter
tout le meilleur à l’équipe des Seychelles et leur dire que nous sommes fiers de ce qu’ils nous
représenteront en cet évènement inoubliable. Mon Gouvernement sera là avec vous.
Pour moi cependant, la victoire pour les Seychelles va beaucoup plus loin que ces évènements.

 Chaque enfant Seychellois qui est né et qui a grandi dans un environnement idéal pour
son développement physique et moral, est une victoire pour les Seychelles.

Pour ces environ 20.000 enfants et jeunes Seychellois aux cycles primaire, secondaire et
postsecondaire qui bénéficient d’un enseignement gratuit, c’est une victoire pour les
Seychelles.

Chaque Seychellois qui fait des succès dans sa carrière professionnelle ici comme à
l’étranger, est une victoire pour les Seychelles.

Chaque famille qui prend possession de sa maison est une victoire pour les Seychelles.
 Chaque patient Seychellois qui a réussi à recouvrer la santé après des soins médicaux,
est une victoire pour les Seychelles.
3

Nos vieux parents qui jouissent du confort dans la dignité et entourés d’affection, est
une victoire pour les Seychelles.
Chaque fois que le monde écoute notre position par rapport à la piraterie, l’énergie
renouvelable, l’environnement, notre droit d’exister en tant que petit État insulaire, par
rapport à notre industrie du tourisme, la pêche, notre or bleu, c’est une victoire pour les
Seychelles.


Chaque athlète faisant monter nos couleurs nationales ici, mais sur la scène
internationale aussi, est une victoire pour les Seychelles.
Chaque Seychellois qui fait du succès dans sa petite entreprise, est une victoire pour les
Seychelles.


Chaque agent chargé de l’ordre et de la paix, chaque militaire qui travaille avec
discipline et met en valeur son uniforme, est une victoire pour les Seychelles.

 Chaque fois que nos soldats ont réussi dans leur mission, c’est une victoire pour les
Seychelles.

 Chaque fois que les visiteurs débarquent sur nos îles, c’est une victoire pour les
Seychelles.

Chaque travailleur dévoué qui est au service du peuple Seychellois est une victoire pour
les Seychelles.


Vers les Seychelles 2020
Chers frères et soeurs Seychellois, Tout ce que nous avons accompli ensemble, toutes ces
victoires vers lesquelles nous aspirons a commencé par une vision. Notre conviction, notre
confiance et notre détermination ont fait que cette vision devienne une réalité. C’est à travers une
vision claire que nous pouvons apporter des bénéfices concrets à notre peuple.
Je veux partager avec vous aujourd’hui ma vision pour les Seychelles dans la perspective 2020.
Le mois prochain, nous lancerons une exposition qui illustrera tout ce que nous serons en mesure
d’accomplir si nous continuons de travailler dur et de travailler ensemble pour le bien-être de
notre pays.


Cette vision est fondée sur un principe fondamental – une meilleure qualité de vie et le bien-être
pour tous les Seychellois. En vue de créer une meilleure qualité de vie, nous devons créer
davantage d’opportunités pour notre peuple. Chaque Seychellois y a sa part ; chaque Seychellois
doit prendre ses responsabilités ; chaque Seychellois pourra y voir le résultat de son travail.
Il y eut un temps où, afin de passer la barrière du développement pour notre peuple, nous avions
besoin d’importants investissements étrangers pour créer croissance et espace économiques.
Nous dépendions de grands hôtels de marque pour que les Seychelles se créent un nom, dans le
tourisme par exemple. Nous avons toujours besoin d’investissements pour créer des emplois, de
la croissance, des opportunités dans le tourisme et les autres secteurs reliés à ces grands
investissements.


Mais plus que jamais, ce sont nos entreprises Seychelloises, nos travailleurs Seychellois qui
modèleront les Seychelles que nous aurons en 2020.

Nous sommes déjà devenus une nation d’entrepreneurs. Nous avons vu comment les affaires
rendent notre économie vivante.
Les Seychelles 2020 répondent à deux questions :
 Comment moi, en tant que Seychellois, je m’y perçois ?
Existe-t-il une chance pour moi en tant que Seychellois ordinaire d’y avoir une part ?
Vers 2020, nous joindrons nos efforts pour que nous franchissions encore une barrière, afin que
nous devenions une nation d’investisseurs. Nous investissons dans nous-mêmes, nous
investissons dans nos enfants. Nous investissons dans notre victoire – la victoire du peuple
Seychellois.


Dans notre perspective pour 2020 nous aménageons un espace économique grâce à nos îles
nouvelles : Aurore, Soleil, Ève, Romainville et Persévérance. Sur Aurore, Soleil et Ève, nous
créerons des opportunités pour que les Seychellois développent environ 1400 maisons de styles
différents qui se marient bien avec notre identité créole Seychellois et notre environnement. Ces
maisons seront proposées sur appel d’offres à des Seychellois qui veulent leurs propres maisons
ou qui veulent faire un développement commercial. Notre projet ‘waterfront’ qui a été relancé
sous le nom de projet « La Promenade », est réservé pour les investissements Seychellois. En
associant le projet de la nouvelle Promenade aux opportunités qui se présenteront sur ces îles,
nous aurons des facilités pour environ 400 unités qui serviront comme boutiques, ateliers pour
petites entreprises et nouveaux bureaux – 140 sur Aurore, une centaine sur Soleil, une
cinquantaine sur Ève et une soixantaine de lots pour petits magasins, aussi bien que pour des
kiosques sur La Promenade. En plus, nous créerons une douzaine de nouveaux sites destinés au
développement de l’hôtellerie : 3 à 4 sur Aurore, 1 sur Soleil, 3 sur La Promenade et l’île
Hodoul, et 3 sur Ève, sans compter les autres possibilités pour de petites pensions de famille.
La perspective Seychelles 2020 offre des opportunités en abondance pour les Seychellois. Sur
l’île Soleil, les dispositions sont déjà prises pour une nouvelle école et un hôpital. Sur
Romainville, nous mettons en oeuvre un projet ‘de ferme d’éoliennes et nous étudions un projet
d’énergie solaire, afin que nous puissions soutenir le développement de l’énergie alternative et
réduire progressivement notre dépendance au carburant importé.
Nous avons réalisé des remblais en vue de mettre des opportunités à la disposition des
Seychellois. Nous consolidons cette vision. A travers ces îles, nous sommes capables de créer
des richesses pour notre pays.


Bientôt, en mars, vous pourrez expérimenter et apprécier TOUT ce dont je parle, à travers
l’EXPO Seychelles 2020 : une initiative qui montrera tout ce que nous sommes capable
d’accomplir. Dans cette Expo 2020, tous les plans pour les nouvelles îles seront distribués et
vous pourrez même commencer à faire une demande pour un projet de logement ou pour un
business comme un bureau, un atelier, un projet d’hôtellerie ou un restaurant.
Notre Seychelles 2020 illustrera toutes les ambitions de la nouvelle génération de Seychellois.

Le service public
L’un de nos plus grands défis pour concrétiser notre vision pour 2020, est d’avoir un service
public performant qui s’adresse aux préoccupations de nos populations. Nous pourrions élaborer
le meilleur programme, mais si ce programme n’est pas bien administré, nous ne réussirons pas.
Dans ces Seychelles d’un nouvel âge, n’attendons pas que le public vienne à nous ; allons plutôt
vers le public. Un bon service ne demande pas beaucoup. Il requiert une bonne formation et une
bonne disposition par rapport à notre travail. Ne passons pas notre temps à trouver des raisons ou à avancer des arguments quant à savoir pourquoi telle chose ne peut pas avancer, ou pourquoi tel projet ne peut pas démarrer. Cherchons au contraire les voies et moyens de résoudre les
problèmes et de surmonter les obstacles. Il n’y a pas de plus grande satisfaction que d’aider un
concitoyen qui a besoin de soutien.


Dans nos efforts pour améliorer le service public, le Gouvernement a mandaté le SIM pour
dispenser des cours de formation qui ont pour but d’élever le niveau de connaissance et de
compétence des travailleurs du service public, avec l’idée qu’à leur tour, ils continueront
d’améliorer le service et le standard de notre service public. Nous mettrons également à la
disposition du public, une ligne directe qui leur permettra de formuler leurs plaintes et suggestions sur les services qu’ils reçoivent au niveau des différents départements des services publics.
Je saisis cette occasion pour féliciter les travailleurs du service public qui travaillent avec compassion passion.


Le programme de logement
Tous les pays du monde ont subi les conséquences de la crise économique et financière globale,
et les Seychelles ne font pas exception. Néanmoins ici aux Seychelles, personne n’a perdu sa
maison du fait de cette crise, comme dans plusieurs pays d’Europe. Il n’y a personne dont la
banque a saisi la propriété, tel qu’on l’a vu en Amérique.
Les difficultés économiques et financières que nous avons rencontrées ont mis du retard dans
notre plan pour la construction de 5.000 logements en cinq ans. Malgré tout, entre 2006 et avril
2011, nous aurons fini de construire et de remettre 1404 logements, sans compter le projet le
projet sur Persévérance. En ce qui est de Persévérance, 1.055 unités seront allouées d’ici à 2012.
Au total, entre 2006 et fin 2011, 2459 maisons seront mises à la disposition des citoyens
Seychellois. Cela représente environ 50% de ce que nous avions initialement prévu.
Le projet de logement sur Persévérance a suscité de l’espoir chez beaucoup de familles qui
rêvent d’avoir leurs propres maisons. Les Seychelles sont l’un de ces rares pays où juste un seul
projet comme celui de Persévérance, prévoit 70% du nombre de maisons dont ses citoyens ont
besoin. Cela en lui-même, est une victoire pour les Seychelles. Mais elle indique aussi qu’il
existe une multitude de possibilités pour que le secteur privé joue un rôle en ce qui concerne la
construction de maisons au bénéfice du peuple. Nous devons continuer à chercher des solutions
innovantes pour les défis qui sont devant nous.

Il y a effectivement toujours, une certaine frustration chez ceux qui attendent une maison depuis
plusieurs années. Cette frustration est là, parce que c’est seulement à travers le gouvernement
qu’ils peuvent avoir une maison ou un lopin de terre à un prix abordable.
Le système d’allocation de logements est fait sur une base prioritaire. De nombreuses
correspondances que je reçois, mettent en question cette politique de priorité. De nouveau, nous
devons nous concerter pour voir comment nous pouvons améliorer ce service. Dans les cas
concernant l’allocation des logements et de terrains, il y a beaucoup d’effort de la part des deux
ministères concernés pour faire leur mieux. Alors améliorons maintenant ce service ! Le Ministre
de l’Aménagement du Territoire et le Ministre du Développement Communautaire ont reçu la
directive d’identifier les parcelles de terre qui appartiennent à l’État et qui ne sont pas compris
dans le crédit foncier au niveau districts, et de les vendre aux personnes qui en fait la demande et
qui attendent depuis plusieurs années.


La réforme dans le système de santé
Sept mois après que j’aie nommé un nouveau Ministre pour diriger ce Ministère si important et
délicat comme la santé d’un peuple, un important travail a commencé pour présenter au peuple
Seychellois, des réformes dans notre système de santé. Ces réformes ont principalement pour but
de valoriser le travail si noble que font nos agents de la santé, mais davantage, de permettre
d’établir une confiance totale de tous les Seychellois vis-à-vis de nos services de santé. J’ai
discuté avec toutes les couches de notre société et j’ai constaté qu’il y a beaucoup de défaillance
au niveau des procédures et de la direction à l’hôpital. Souvent, cela est une perception, mais la
réalité est qu’il reste beaucoup de choses à mettre en ordre et à améliorer. Les chiffres indiquent
que de janvier 2010 jusqu’en février 2011, plus de 1000 Seychellois se sont déplacés à
l’étranger, en quête de soins médicaux. Ce nombre inclut ceux pour qui le gouvernement a payé
tous les frais médicaux. Les réformes au niveau des services de santé visent aussi la création
d’une plateforme où nous saurons faire en sorte que les traitements avancés puissent être faits
dans notre pays. Lorsque nous parlons de nouvelles Seychelles, nous parlons de la nécessité de
travailler afin d’améliorer et d’encourager notre système de santé.

Une communauté où tous les enfants sont nos enfants
La réforme dans l’Éducation commence à voir un nouvel essor avec l’approche communautaire.
Le Conseil des écoles a donné des opportunités pour que la communauté contribue à la vie
éducationnelle des enfants. C’est un bon début. Mais nous voulons aller très loin dans notre
démarche pour faire bouger notre communauté. Visons vers une communauté où tous les enfants
sont nos enfants, où tout fléau social est notre préoccupation, où toute opportunité est bien saisie, et où le sens « ma communauté » est mon affaire est inculqué en tous : des plus petits aux plus aux plus âgés.
Vers « les Seychelles 2020 », la communauté invite les organisations religieuses, ainsi que les
autres organisations et institutions à faire partie d’une communauté vivante et dynamique. Leur
collaboration, ainsi que celle de tous les parents et élèves est essentielle pour faire face au
problème de discipline et de la délinquance dans nos établissements scolaires. Dans ce contexte,
le Ministère de l’éducation va introduire un programme d’éducation civique dans toutes les
écoles. Le Ministère de l’éducation accroitra également le soutien qu’il accorde à l’Église
Catholique, pour la formation des enseignants de religion dans toutes les écoles. La formation
morale et spirituelle de nos enfants est indispensable dans la création d’une société stable et
solide. Je profite de l’occasion pour remercier tous ceux qui aident dans notre démarche pour la
promotion des valeurs morales, spirituelle, culturelles, la famille et le volontariat dans notre
communauté. Récemment, les Soeurs de Saint Joseph de Cluny ont marqué 150 ans depuis
qu’elles sont au service du peuple Seychellois. Pour cela, au nom des Seychelles et au nom du
peuple Seychellois, je leur dit un grand merci.

Femmes Seychelloises, la force des Seychelles
Les Seychelles sont parmi les premiers pays à accomplir les Objectifs de Développement du
Millénaire (ODM) qui vise aussi l’épanouissement et le développement des femmes. Déjà, nous
avons commencé à travailler en direction des ODM+ dans les domaines qui garantissent la
promotion des femmes Seychelloises en des positions clé dans notre pays. La femme
Seychelloise a toujours été la force de la famille et de notre nation. Le 8 mars, il y aura 100 ans
depuis que le mouvement de l’émancipation des femmes a été reconnu dans le monde. Afin de
commémorer cet évènement historique, en reconnaissance et pour célébrer le rôle crucial des
femmes dans notre société, le Gouvernement a décidé cette année, de faire du 8 mars, un congé
public. J’en profite pour souhaiter bon courage à toutes les femmes Seychelloises et leur dire
merci pour leur contribution importante dans notre pays.

Chers frères et soeurs Seychellois
Nous sommes petits, mais notre vision et notre détermination pour une meilleure qualité de vie
pour le peuple Seychellois s’étend loin. Nous voulons faire plus et mieux, et donner aux
Seychelles la victoire qu’elles méritent. Je veux voir des Seychelles où les Seychellois se
débrouillent ; saisissent les opportunités, au lieu de s’asseoir et attendre que les opportunités
viennent à eux. Pour obtenir sa propre sa victoire, il faut aller la conquérir. Travailler dur ;
travailler encore plus dur ; c’est ce qui apporte la victoire.
J’ai beaucoup parlé de notre victoire ; de notre succès et de ma vision pour les Seychellois pour
ces prochaines années, de même que de ce qui fait que nous ayons de l’espoir. Je n’ignore
cependant pas les défis auxquels nous sommes confrontés.

Le fléau de l’usage de stupéfiants
Le premier et le plus sérieux, c’est l’usage et le trafic de drogue dans notre pays. Je refuse de
croire que nous en tant que nation, nous ne puissions pas joindre nos efforts pour déclarer la
guerre contre ce fléau et l’éliminer une fois pour toutes. La violence, la délinquance, la
prostitution, le vol, le banditisme, les comportements antisociaux et les autres fléaux de notre
société sont souvent directement liés à l’usage de substances narcotiques. Ce fléau ne détruit pas
seulement la force de travail de notre jeunesse, mais il compromet l’avenir des Seychelles. Il y a
un important travail que tout politicien et la nation entière doivent faire pour éliminer ce fléau. Il
faut un engagement sincère et honnête.

Cette lutte contre la consommation et le trafic de drogue ne me revient pas à moi tout seul ; ce
n’est pas le combat de l’Église toute seule ou celui du gouvernement. C’est une lutte pour les
Seychelles ; c’est une guerre pour préserver notre force de travail. Le drogué ne peut pas
travailler et si nous ne sauvons pas notre jeunesse, nous serons continuellement à la recherche de travailleurs étrangers pour réaliser le travail que peuvent faire les Seychellois. Pour moi, chaque fois qu’un trafiquant est conduit à Montagne Posée, c’est une victoire pour la jeunesse Seychelloise. Je félicite le NDEA et la police pour le bon travail qu’ils font dans ce domaine. Mais le service judiciaire doit être plus actif dans la poursuite des criminels qui détruisent notre jeunesse. En 2010, il y a eu plus de 600 arrestations liées au trafic de drogue. 14 trafiquants ont été
condamnés. Malgré certains succès que nous avons enregistrés, le trafic de drogue continue aux
Seychelles. Nos jeunes continuent de tomber dans la consommation de cette substance. Vous
connaissez ma position sur cette question. Tolérance zéro ! Il n’y a pas de négociation sur la
question de drogue !Je veux voir notre pays, nos enfants vivre bien loin de cette menace. Je
souhaite voir davantage d’effort à tous niveaux, pour aider nos jeunes et notre pays contre ce fléau.


Dans nos efforts pour la réhabilition, et la réinsertion des jeunes tombés sous l’influence de la drogue, le Gouvernement supportera financièrement l’Église Catholique pour la construction et la rénovation de centres : un à Praslin et l’autre à Mahé. Il fera également une contribution budgétaire annuelle pour leur
fonctionnement.


Le coût de la vie
Encore une fois, le monde est en train de connaître une augmentation dans le coût de la
nourriture, des denrées de base et du carburant. L’organisation Mondiale pour l’Alimentation
(FAO), ainsi que la Banque Mondiale ont prédit une hausse plus importante encore. Ici aux
Seychelles nous allons nous aussi subir cela.
S’il se trouve un voeu qui me tient le plus à coeur, c’est de voir une meilleure qualité de vie pour
ce peuple qui m’a élu pour le servir. Tout le travail du gouvernement, toutes mes décisions sont
basées sur cela. Une augmentation de salaire chaque fois que monte le prix des denrées est peutêtre la solution qui paraît la plus facile. Ce politicien qui n’est pas dans le gouvernement et qui meurt d’envie de former un nouveau gouvernement, est capable d’offrir à son électorat cette
solution « idéale ». Mais laissez-moi leur dire, chers frères et soeurs Seychellois, il y a une grande
distinction entre l’idéal et le réel. Il y a une grande distinction entre une politique responsable et
une politique bon marché. Si cela était possible, hier même, j’aurais annoncé l’augmentation du
salaire pour tous les travailleurs.

Mais voyons la réalité en face.
Il y a environ 30.860 travailleurs dans le secteur privé. C’ le secteur privé qui anime le moteur
économique de notre pays. La loi du salaire minimum est aussi applicable pour le secteur privé.
Nous disons qu’il faut libérer l’initiative du Seychellois ordinaire. Laissons-le créer la richesse et
contribuer à la prospérité de notre pays. Comment pouvons-nous l’obliger à augmenter le salaire
de ses employés, surtout s’il ne réalise pas de profits ? Ce Seychellois ordinaire devrait déclarer
forfait avant même que soit libérée son initiative ! Nous tuerions son entreprise et provoquerions
une croissance importante du taux de chômage.

Un autre argument que nous entendons, est que le Gouvernement doit retirer les taxes sur
certains services et marchandises. Mais qui sont ceux qui demandaient à niveler le terrain ? Qui
sont ceux qui se débattaient pour un commerce équitable ? Aujourd’hui, nous avons un système
de taxe applicable. Cela fait partie de la réforme économique que nous avons entreprise en 2008.
Les taxes collectées, c’est cela-même qui nous garantissent une éducation gratuite, une santé
primaire gratuite et qui nous permettent d’améliorer continuellement nos infrastructures sociales.
Nos acquis sociaux, nous les préserverons à tout prix ! Notre système de taxe est un moyen clé
pour rendre cela possible.


Pur être honnêtes, nous reconnaitrons qu’il y a un effort continuel pour stabiliser le prix de la vie
et faire qu’il soit abordable pour tout les Seychellois. Pour ceux qui travaillent, qui perçoivent un
salaire minimum et ne peuvent pas joindre les deux bouts, l’Agence du Bien-être Social est là. Y
a environ 3.600 employés qui bénéficient actuellement des services de cette agence. Les prix de
l’électricité et du transport public ont baissé avec le don d’un générateur et de bus que nous ont
offert Abu Dhabi. Tous les étudiants du postsecondaire, sans exception reçoivent une allocation.
Les élèves des écoles primaires et secondaires et peuvent bénéficier du ‘‘dedicated fund’’ mis à
la disposition des enfants moins fortunés. Le gouvernement a dégagé cette année un budget de de deux millions de roupies pour ce fonds, et le ‘Childres’s Fund’ a mis à la disposition de chaque
école, 25.000 roupies en vue d’aider les enfants qui ont besoin d’une plus grande assistance. En
plus, le ‘Childres’s Fund’ fait une contribution de 337.500 roupies pour l’entretien après les
heures d’école, des enfants dont les parents finissent de travailler tard.


L’Agence du Bien-être Social représente la structure dont dispose un Seychellois qui se trouve
dans le besoin, pour faire face aux difficultés financières. Mais son mandat va beaucoup plus
loin. Elle doit faire en sorte qu’il n’y ait pas d’abus et que ceux qui sont capables de travailler
aillent travailler. Depuis sa création, elle a fait employer environ 230 personnes. L’agence
encourage ces personnes qui travaillent. Pour le travailleur qui perçoit un salaire minimal et qui
rencontre encore des problèmes financiers dans son foyer, l’Agence du Bien-être Social devrait
être disposée à assister tout de suite. Il est vrai qu’il y a encore des plaintes au sujet de cette
agence et sur son efficacité en général. Pour suivre et conseiller tous les clients qui bénéficient de
ce service, n’est pas une tâche facile ; néanmoins, ce qu’il est important de retenir, c’est qu’une
personne dans le besoin ne peut pas attendre plus de trois jours avant d’être assistée.
Nous devons regarder loin. Nous devons voir l’intérêt de notre pays tout entier. Et l’intérêt de
notre pays, c’est sa stabilité politique, économique et sociale.


La sécurité alimentaire
Le sujet de la sécurité alimentaire est une chose très importante que personne ne devrait prendre
à la légère. C’est pour cette raison qu’après avoir transféré la responsabilité des infrastructures
clé du secteur de l’agriculture à la coopérative des fermiers, le gouvernement a continué de
travailler de près avec cette organisation.
Notre objectif est d’améliorer la productivité et la durabilité du secteur agricole.

Notre secteur de l’élevage des animaux a été confronté à une forte compétition en ce qui
concerne la viande importée. En effet, de nombreuses fermes d’élevage arrêtaient, ou presque,
leur production, en résultat de cette compétition.
Afin de soulager les producteurs, le ‘‘Livestock Trust Fund’’ est intervenu et a accordé une
subvention de 5 roupies par kilo de chair de poule. Cette mesure a eu un effet immédiat sur le
prix de la chair de poule locale et plus de 150 tonnes de chair de poule stockées dans les
chambres froides ont été vendus. Aujourd’hui, l’élevage reprend de l’ampleur, et cela est
rassurant.


Dans la perspective de garantir la durabilité de la production de la viande, le gouvernement, avec
l’aide de la Banque Africaine de Développement (BAD) commence une étude sur l’efficacité de
notre système d’élevage, en vue d’améliorer le rendement à chaque étape de production,
d’assurer un meilleur niveau de rentabilité et un meilleur accès au marché local.
En ce qui est de la pêche, le travail continue pour l’amélioration des infrastructures en vue de
permettre aux pêcheurs d’avoir un meilleur accès aux ressources et facilités de pêche. Des
travaux d’amélioration ont été réalisés sur le port de pêche artisanale de Victoria, et le travail
continue pour ce qui est du développement des ports de pêche de Bel Ombre et Providence. Les
autres travaux sur les infrastructures de pêche artisanale et semi-industrielle sont en ce moment,
soit à la phase de mise en oeuvre, ou de préparation des offres d’appel pour une mise en oeuvre
dans le courant de cette année.


Les défis du changement climatique
Dans mes interventions à l’étranger, j’ai toujours mis l’emphase sur la nécessité que le monde
trouve une solution durable par rapport à ce phénomène global qui affecte l’humanité dans son
ensemble. : le changement climatique. Les Petits États insulaires en subissent les conséquences
de façon dramatique. Les Seychelles ne sont pas épargnées. Nous le ressentons à travers les
changements dans le temps. La sècheresse l’année dernière a été l’une des plus terribles que nous ayons déjà subies.


Quelles mesures prenons-nous pour améliorer l’approvisionnement en eau potable en période de
sècheresse ? Pour les prochains vingt ans, le Gouvernement est en voie de finaliser un plan
national en matière de provision et de stockage d’eau ; un plan qui tiendra compte de notre
capacité de collecte d’eau de pluie pendant la saison des pluies. Les mesures immédiates sont les
suivantes :
Transférer l’eau provenant de Mont Simpson, vers le réservoir de la Gogue.
 Augmenter de 60% de la capacité de la Gogue, en élevant la hauteur.
 Augmenter la capacité de l’unité de dessalaison.
 Encourager les grands projets d’investissement, dont les hôtels, à investir dans leur
propre système.de dessalaison.
 Renforcer la disposition en place, à travers PUC, d’encourager chaque maison d’avoir
son propre réservoir d’eau.

Rendre obligatoire que chaque nouveau bâtiment commercial ou appartenant à l’État, ait
ses propres installations de stockage d’eau.

La politique bon marché
Lorsqu’il n’y a rien à critiquer, lorsque la victoire est pour les Seychelles, la politique bon
marché attaque ce qui est plus délicat dans nos sensibilités : notre identité en tant que
Seychellois, notre patriotisme. Certains disent que les étrangers prennent la place des
Seychellois. Les étrangers prennent-ils la place des Seychellois ? les statistiques montrent qu’en
2005, il y avait 319 étrangers travaillant dans l’administration publique. A ce jour, ce chiffre est
de 191, la majorité d’entre eux aux Ministères de la Santé et de l’Éducation. Cela est une preuve
formelle qu’il y a un effort visant à remplacer les étrangers par des Seychellois.

Il y a actuellement un total de 30.860 employés dans le secteur privé. Parmi, 21.030 Seychellois
et 9.830 étrangers. La majorité de la main-d’oeuvre étrangère se retrouve dans le secteur du
tourisme et de la construction. Faut-il faire aller tous les étrangers qui oeuvrent dans le secteur de
la construction et dans l’industrie du tourisme ? Faut-il arrêter de construire des maisons ? Nous
faut-il fermer les hôtels ? Expulserions-nous tous ces enseignants et docteurs étrangers ? Est-ce
cela que certains aimeraient voir ?


Dans tous les pays du monde, il y a des étrangers qui travaillent. Un nombre de Seychellois
travaillent à l’étranger. Aimerions-nous voir nos propres frères et soeurs expulsés de ces pays,
simplement parce qu’ils sont étrangers ?
Les investissements étrangers créent des entreprises et donnent des emplois. Ils contribuent
envers notre bien-être. Ils sont bons pour les Seychelles. La mentalité de certains à travers cette
campagne politique bon marché qui répand la xénophobie dans note pays, fait du tort aux
Seychelles. Elle nous dénigre.


Nous devons accueillir les étrangers qui vivent honorablement parmi nous. Nous attendons par
contre, qu’ils respectent nos lois, notre culture et nos coutumes. De temps a autres, nous
apprenons que des travailleurs Seychellois sont maltraités par leurs supérieurs étrangers en des
lieux de travail spécifiques. Nous condamnons fermement cela et nous ne saurons tolérer que
quiconque viennent maltraiter les Seychellois. Le Ministère de l’Emploi est là pour faire en sorte
que cela n’arrive pas. Dans les circonstances où il y a eu des évidences, le gouvernement n’a
jamais hésité a faire partir cet étranger du pays..

Il y a la perception que le gouvernement vend le territoire Seychellois aux étrangers. Les
Seychelles ont un territoire de 45.535 hectares de terre, dont 2.800 vendus aux étrangers. Cela
représente 6,15% de notre territoire. Ce que nous devons expliquer clairement et faire
comprendre à certaines personnes, c’est que 95,5% des terres en ces 6,15% qui ont été vendus à
des étrangers, sont des terrains privés. Oui, le gouvernement a vendu des terres. Mais faites un
tour partout. Nous verrons qui sont ceux-là qui ont bénéficié de la distribution des terres aux
Seychelles. Ce sont des citoyens Seychellois qui rêvaient d’avoir un jour leur propre maison et à
qui le gouvernement a vendu la terre à un prix subventionné et très abordable.

Hormis certains cas exceptionnels – dans l’intérêt national – le gouvernement n’a pas vendu la
terre des Seychelles à des étrangers. Mais dans les cas où l’intérêt national l’a exigé, le
gouvernement a loué à des étrangers des terrains pour des projets économiques, tels des hôtels, qui
ont apporté d’importants bénéfices pour les Seychelles.
Rappelons-nous que c’est ce gouvernement qui a fait que des Seychellois ordinaires aient leur lopin de terre.
Nous entendons également beaucoup parler des relations entre les Seychelles et nos partenaires
privilégiés. Que ces pays ou organisations nous fassent des dons ou de l’aide, les ennuie. Ils se demandent pourquoi les Seychelles reçoivent tous ces dons. Ils m’ont même accuse de vendre les Seychelles aux pays étrangers. Ils ont demandé pourquoi l’Inde, tout récemment nous a offert un bateau et un avion pour notre garde-côte, et un projet IT. Pourquoi la Chine a construit écoles, hôpital, logements ; le bâtiment du Parlement et bientôt, le Palais d Justice. Pourquoi l’Union Européenne continue a nous aider dans le secteur de la pêche, et plus récemment, dans notre lutte contre la piraterie. Pourquoi Abu Dhabi dans sa générosité, nous offre une assistance de plus de 150 millions de dollars : projet de construction de logements, base navale, radar, centre de diagnostique, 40 bus, apprentissage informatique dans les écoles, générateur, fermes d’éoliennes et bien d’autres encore. Qu’est ce qui les ennuie en cela ? Cela veut-il dire que je vends les Seychelles a des pays étrangers ? Ces dons sont-ils pour moi ou pour tout le peuple
Seychellois ?


Pourquoi ces partenaires n’aideraient-ils pas les Seychelles ? Pourquoi les Seychelles ne devraient-elles pas avoir des pays amis qui veulent l’aider et qui l’apprécient ? Pourquoi devrions-nous être laissés pour compte ? Quant à moi, tant que je dirigerai ce pays, tant que je dirai au peuple Seychellois de se mettre debout et de se débrouiller, je me mettrai debout moi aussi et je me débrouillerai. Les Seychelles ne seront jamais laissées à la traîne. Sous notre direction, nous assurerons la victoire pour les Seychelles.

Une leçon pour nous tous
Un après l’incident de pollution par ASCON à la Misère, Les démarches sont en voie d’être
finalisées pour le dédommagement des habitants qui ont été affectés. Il y a pour nous tous,
plusieurs leçons à tirer de cet incident.
 Il est nécessaire que les agences gouvernementales concernées demeurent toujours
vigilantes et suivent de près les grands projets, tout en veillant que les règlements soient
suivis et respectés.
 Le désordre et les manifestations n’apportent jamais de bons résultats. Ils compliquent et
retardent les choses, C’est dans la paix et de façon civilisée que s’arrangent les choses.
Nous devons être toujours attentifs à notre peuple.


Les habitants de la Misère ont eu une indication claire que lorsque la politique bon marché
interfère avec l’action juridique et les négociations, le processus légal prend plus de temps.
Je profite de l’occasion aujourd’hui pour dire sincèrement aux habitants de la Misère, que mon
gouvernement est là à côté d’eux, Nous faisons tout pour que vous obteniez votre
dédommagement. Cet incident de pollution par ASCON est regrettable. Je souhaite que plus
jamais, aucune famille Seychelloise ne subisse cette épreuve.

Responsabiliser le Seychellois
L’avenir, la prospérité et le progrès de notre pays dépendent du travail sérieux Mon souhait est
que chaque Seychellois assume sa responsabilité, que chaque Seychellois travaille sérieusement
pour le bien-être de sa famille et de son pays. Grâce à notre productivité nous récolterons tous le
fruit de notre travail. Ce sera une autre victoire pour les Seychelles.


Mon gouvernement continuera de mettre tous les moyes possibles à la disposition des
Seychellois, afin que nous assumions notre destin, nos obligations, nos droits et nos
responsabilités. Nous continuerons à mettre en place les politiques qui feront que les Seychellois
deviennent des travailleurs responsables, des entrepreneurs, des administrateurs, les propriétaires de leurs propres affaires et entreprises, qu’ils participent a la création de la richesse et de la prospérité de notre pays. C’est ce que nous voulons dire par appropriation et responsabilisation.

Nous rechercherons les manières d’étendre ces principes.’
Il y a environ 1150 Seychellois qui travaillent dans l’usine de thon de l’IOTC. Ces travailleurs ne
bénéficient pas comme les autres travailleurs Seychellois dans le secteur public, des avantages
tels que le paiement de la prime C’est pour cette raison que le Gouvernement a décidé de
réserver un pourcentage des dividendes qu’il reçoit sur ses parts dans l’IOT, pour le mettre dans
un fonds spécial qui servira à couvrir le paiement des bénéfices que les travailleurs Seychellois
dans l’IOT ne recevaient pas auparavant. Cela encouragera davantage de personnes à travailler à
l’usine, dans la perspective de remplacer les travailleurs étrangers par des Seychellois. C’est
aussi une garantie que lorsque ces Seychellois prendront leur retraite, ils en bénéficieront aussi.
J’ai le plaisir d’annoncer que tous les travailleurs Seychellois de l’IOT qui auront cette année
leur compensation après plus de cinq ans de service, auront eux aussi, dans le cadre de ces
dispositions, une prime comme tous les autres travailleurs du secteur public. Le paiement de la
prime se fera en avril cette année.


Toujours dans la perspective de l’appropriation, et de la responsabilisation, le Gouvernement a
décidé de vendre initialement, 40% de ses parts dans la Savings Banque à tous les clients et
employés de cette banque qui souhaitent y acheter des parts. Cela prendra effet à partir du 15
avril cette année. Le Gouvernement annoncera bientôt les mécanismes financiers abordables qui
permettront aux personnes intéressées, de participer à ce projet.


Les secteurs économiques et financiers
Chers frères et soeurs Seychellois,
Le succès de la politique économique que nous avons mise en oeuvre au cours de ces deux
dernières années, nous a apporté beaucoup de bénéfices ; plus que nous en espérions. En ce mois même, le classement des Seychelles s’est vu relevé de B à B+, avec une perspective stable, par l’agence du classement international, ‘‘Fitch’’. Cela arrive à un moment où plusieurs pays
développés ainsi que de grandes banques sont rétrogradés. Tous les Seychellois doivent être fiers
de cet accomplissement.


Aujourd’hui, plusieurs pays, dont certains pas européens comme la Grèce et l’Irlande, sont
subissent un poids de la dette qui continue d’augmenter. Les Seychelles quant à elles, se dirigent
vers un niveau de dette soutenable. Nous aux Seychelles, nous jouissons d’un environnement où
le niveau de croissance est consistant, en même temps que le niveau de l’inflation reste très bas.
En 2010, nous avons enregistré un taux de croissance économique de 6,2% en termes réels, alors
que le taux d’inflation était de presque zéro.


Les autres indicateurs de notre économie sont très encourageants. En 2010, nous avons connu un
record dans le nombre de touristes qui sont venus aux Seychelles : un total de 174.529. Déjà,
depuis le début de 2011, nous notons une augmentation par rapport à la même période que
l’année dernière. Du côté de l’Investissement Étranger Direct (IED), après une année
exceptionnelle en 2010 où nous avons enregistré 290 millions de dollars US versés dans notre
économie, nous espérons encore environ 120 millions de dollars US en 2011. Nos performances
domestiques sont elles aussi très solides.


Les autres indicateurs économiques des Seychelles disent davantage : un surplus fiscal,
fondamental pour que nous puissions réduire nos dettes nationales ; un taux d’échange très
stable ; la réserve de devises étrangères est arrivée à près de 250 millions de dollars US à la fin
du mois de janvier 2011, ce qui est égal à 2,4 mois de couverture pour l’importation.
Dans le secteur financier, les efforts des banques de l’État pour prendre l’initiative dans la
réduction des taux d’intérêt, a commencé à payer. En moyenne, le taux d’intérêt des banques
commerciales s’est abaissé, partant de 16% dans le premier trimestre de 2009, à 11,5% en
décembre 2010. Même si nous reconnaissons les efforts des autres institutions financières qui ont
contribué à cette réduction, mon Gouvernement estime que ce qu’elles ont fait n’est pas
suffisant.


A travers nos banques publiques, le Gouvernement continuera à faire tout ce qui est possible en
vue de poursuivre la réduction des taux d’intérêt et des autres coûts que paient les particuliers et
les entreprises sur leurs prêts. Alors, je lance un autre appel aux banques privées, pour suivre
l’exemple des banques publiques. Il est temps que les banques comprennent que le crédit
bancaire est l’une des clés du développement économique. Ayez de la considération pour autres
choses, qui ne soient pas uniquement vos profits ! Créez des conditions plus favorables ; que ce
soit la réduction du taux de vos intérêts, vos commissions, les garanties excessives et la période
très courte de remboursement que vous demandez à vos clients.
La piraterie


Le phénomène de la piraterie est avec nous et restera avec nous bien longtemps encore, tant que
le problème de la Somalie ne sera pas résolu pour en faire un État viable. Nous devons faire face
à ce problème avec pragmatisme, rigueur et détermination. Les Seychelles ont une petite Force
qui protège notre intégrité territoriale, notre survie et nos activités économiques. Nous avons une
petite Force, mais une Force déterminée et courageuse qui a réalisé beaucoup de succès dans la
lutte contre la piraterie moderne. Cela est devenu une victoire pour les Seychelles. Pour ça je
félicite encore une fois nos militaires. Aujourd’hui, il ne se trouve aucun Seychellois qui soit
capable de demander la raison d’être de notre Force de défense. La communauté internationale
nous a promis beaucoup d’assistance, mais cela prend longtemps pour se matérialiser. C’est pour
cette raison que j’ai exprimé ma désappointement lors de la rencontre des ACP qui s’est faite


vers la fin de l’année dernière. Il y a cependant certains développements positifs. L’Union
Européenne a annoncé qu’elle nous appuiera avec 1 million d’Euros par an, pendant trois ans, en
vue de couvrir partiellement les dépenses que nous faisons pour la protection de nos eaux
territoriales. L’Inde, la Chine et Abu Dhabi nous ont aussi apporté leur appui dans cette lutte, au
travers d’importantes ressources. Cependant, il nous faudra encore davantage de ressources pour
les patrouilles, la prison, pour notre système judiciaire et pour notre Force de défense en général.
Les menaces de la piraterie ne concernent pas que les Seychelles, mais le monde entier.
Toutefois, je le répète, le problème de la piraterie ne peut pas être résolu sur la mer seulement.
La communauté internationale doit se pencher sur le problème Somalien dans tous ses aspects.


Conclusion
Chers frères et soeurs Seychellois,
Avec une population d’environ 7 milliards d’habitants, les défis auxquels le monde est confronté
n’ont pas de limite. A de nombreux problèmes, la science nous permet parfois de trouver la
solution qu’exige une population mondiale en croissance exponentielle. Mais la science toute
seule ne peut pas résoudre tous les problèmes du monde. La collaboration au-delà des frontières,
entre les gouvernements, entre les communautés reste l’une des réponses les plus réalistes.
Certains parmi nous ne réalisent pas comment nous sommes un pays béni. La cohésion sociale et
l’harmonie qui détermine cette nation Créole Seychelloise n’existent nulle part ailleurs dans le
monde. Nous avons notre place dans le monde ; nous avons des amis – des partenaires fidèles –
qui sont là, prêts à nous aider. Protégeons ces relations d’amitié. Ne nous encombrons pas des
politiques bon marché. Agissons dans l’intérêt des Seychelles.


Nous sommes 87.000 au sein des 7 milliards d’habitants sur la planète. Nous ne sommes pas tous seuls ; nous ne pouvons pas vivre isolés. Plus de 90% de ce que nous consommons provient de partout à travers le monde. L’état de notre nation est, en grande partie, lié à ce qui se passe dans le monde. Notre capacité à nous adapter, à devenir plus innovateurs et plus tenaces, est lié au sort du village global que nous partageons. Par-dessus tout, elle est aussi déterminée par la vigueur de notre travail et notre sens de responsabilité vis-à-vis de nous-mêmes, de notre famille, de notre communauté, de notre pays et de ce monde dans lequel nous vivons.
Dans ces Seychelles nouvelles où nous vivons, il n’y a pas de place pour la division, il n’y a pas
de place pour la médiocrité, il n’y a pas de place pour la xénophobie, il n’y a pas de place pour
ceux qui n’aiment pas les Seychelles. Désormais, tous nos succès sont une victoire pour les
Seychelles, et cette victoire est pour tous les Seychellois en premier lieu.


Merci.
Que le Bon Dieu continue de bénir notre petit pays et le peuple Seychellois.

View all speeches