Speeches

State House

Discours Sur L’etat De La Nation 2012 - Francais

Thu, 01 March 2012

DISCOURS SUR L’ETAT DE LA NATION PRONONCE PAR LE PRESIDENT JAMES A. MICHEL LE 29 FEVRIER2012


Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale
Monsieur le Vice-président de la République
Monsieur le Chef Juge
Monsieur le Président de la Cour d’Appel
Mesdames et Messieurs les Ministres
Mme le leader de la Majorité Présidentielle
Monsieur le Leader de l’Opposition
Excellences
Distingués invités
Chers frères et sœurs seychellois

Nous avons emprunté la grande route de la liberté et du progrès. Nous avons enregistré des succès incontestables dans de nombreux domaines. Toutefois, nous devons aussi admettre que sur notre parcours, nous avons parfois fait des erreurs, malgré les meilleures intentions. Mais le plus important, c’est qu’en tant que peuple, nous nous sommes restés résilients et solides et nous sommes restés unis soudés par l’amour de la patrie.
Aujourd’hui, nous sommes arrivés au sommet de la montagne que nous avons grimpé grâce au travail dur. Nous avons réalisé que notre plus grand défi n’était pas d’arriver au sommet, mais c’était  plutôt notre capacité à rester constants et à s’adapter à ce monde en pleine évolution. Nous avons compris que nous n’étions pas seuls dans ce monde et que désormais nous devions rester en phase avec cette nouvelle époque afin de créer notre Nouvelle Seychelles.
Le peuple seychellois m’a élu sur la promesse d’une Nouvelle Seychelles. A travers ce message sur l’état de la nation en 2012, je voudrais avant tout passer mon message au peuple, peu importe nos différences. Mon message est un message sincère et franc et ce que je crois être le fondement de notre Nouvelle Seychelles. C’est un message qui lance un appel pour éliminertous les éléments qui nuisent à notre progrès et portent préjudice aux Seychelles. Nous avons dit tout ce qu’il y a à dire, nous avons chanté tout ce qu’il y a à chanter, nous avons écouté, mesuré et apprécié. A présent, c’est notre moment.Nous devons faire quelque chose de différent et qui est bon pour les Seychelles.
Que voulons-nous voir dans cette Nouvelle Seychelles ? Une nation prospère, intelligente, unie et harmonieuse. Une société qui est prévoyante et qui a de la compassion. Un Gouvernement responsable qui dispose d’une force de travail disciplinée, motivée et sérieuse, mais aussi des citoyens responsablesprêts à prendre en main leur avenir. Un pays qui s’occupe du renforcement des capacités de ses citoyens, qui met à leur disposition les ressources et les outils qui les permettent de contribuer et de créer les richesses. Un pays qui travaille afin qu’il y ait la tolérance zéro face à la corruption, la criminalité, la délinquance sociale. Un pays qui encourage activement l’innovation et la créativité. Nous pouvons nous reconnaitre tous à cette Nouvelle Seychelles. Notre thème national, «Travaillons dur pour Notre Seychelles », n’est pas un slogan. Ce ne sont pas des paroles en l’air. Mais c’est une nécessité, une pratique quotidienne nécessaire, si nous voulons sauvegarder ce que nous avons accompli jusqu’à présent, si nous voulons rester au sommet de la montagne dont la montée nous a pris des années et des années d’efforts. Un pays où chaque goutte de sueur de nos travailleurs se reflète dans le sourire de nos enfants, dans les sages pensées de nos ainés et dans la lumière d’espoir qui brille dans les yeux de nos jeunes. Nous devons travailler sans relâche si nous voulons continuer à progresser, si nous voulons avoir un peuple toujours en bonne  santé, bien instruit, qui vit en pleine harmonie, et qui marche la tête haute. Un peuple Seychellois qui sait et qui est sait - et qui vit - sa dignité.
Cependant il y a une deux conditions essentielles qui nous permettront d’aller plus loin encore :
- premièrement, c’est faire en sorte de maintenir ce que nous avons accompli jusque-là ;
- la deuxième condition est que nous devons travailler dur et intelligemment. Nous n’avons pas le choix. Nous devons être francs et réalistes. Nous avons énormément de bonnes choses dans notre pays, mais il y a également beaucoup de choses que nous devons revoir et changer. Et aujourd’hui à cette occasion du discours sur l’état de la nation, nous devons nous pencher sur ces choses.


BILAN ET PERSPECTIVES
Pendant l’année 2011, nous avons fait preuve de résilience. Malgré la récession mondiale,  nos indicateurs économiques sont restés fondamentalement forts. Nous avons pu ainsi maintenir un taux de croissance économique positif et encourageant de 5%. Nous avons aussi réussi à atteindre l’année dernière tous les objectifs de notre programme de reformes économiques, y compris un excédent budgétaire de plus de 5% de notre Produit National Brut. Ceci nous a permis de continuer à réduire le volume de la dette publique qui se chiffre à 76% de notre PIB.
Nous avons également continué à augmenter notre stock de réserve en devises étrangères qui se chiffre aujourd’hui à près de 290 millions de dollars. Cela nous permet d’approcher notre objectif minimum de trois mois de couverture de nos besoins en importation et nous permet aussi d’être en mesure de continuer à payer notre dette sans que cela ait à l’avenir une quelconque pression sur le marché des devises. Ces facteurs contribuent à renforcer la confiance en notre situation économique.
En 2011, nous avons aussi réussi à contrôler le coût de la vie. Malgré l’augmentation du prix du carburant, le prix du transport public est resté sans changement, le tarif de l’électricité a connu une légère augmentation, de même que les prix des denrées de première nécessité. Le Gouvernement a absorbé en partie l’augmentation des prix dans une période difficile. Et parallèlement nous avons reformé notre système de bien-être social afin de le rendre plus flexible. Ce système est venu au secours de nombreux de nos frères et sœurs qui se trouvaient dans le besoin. Nous avons dépensé 75,2 millions de roupies juste au titre de l’assistance de bien-être sociale. Nous avions reçu 12 979 demandes d’assistance en 2011 et, au total 9 932 ont été approuvées. Ceci me conduit à revenir sur un point sur lequel je ne cesserai de parler: c’est le travail. L’année dernière, nous avons continué à créer des emplois en partenariat avec le secteur privé. Nous avons continué à offrir des opportunités de travail. En 2011, il y avait 2139 demandeurs d’emplois. Et nous avions réussi à faire embaucher 1 277. Nous devons continuer à saisir toutes les opportunités qui se présentent à nous. Tout travail est noble.
Je comprends parfaitement la frustration d’un travailleur qui paye régulièrement sa Sécurité sociale et ses taxes quand il dit que le système de bien-être social est en train d’encourager la paresse. Je ne peux pas comprendre non plus comment un jeune de 18 et plus qui est encore fort et qui ne souffre d’aucune déficience physique ou maladie, un jeune plein d’énergie, qui dépend de l’assistance sociale. Notre Nouvelle Seychelles exige que celui qui peut travaillerarrête de paresser. Il doit arrêter de chercher des excuses pour ne pas travailler. Il doit devenir productif et arrêter de dépendre du système d’assistance sociale. Le système de bien être social a été institué pour ceux qui sont réellement dans le besoin et non pour les paresseux. J’insiste que tous ceux qui sont capables de travailler et qui sont en train de bénéficier de cette couverture sociale soient inscrits dans les meilleurs délais dans un programme de travail. Je voudrais cependant préciser que nous continuerons à mettre en place les mesures efficaces pour assister ceux qui sont vraiment dans le besoin et qui ne peuvent pas travailler.
En ce qui concerne le coût de la vie, je voudrais insister sur un fait : le prix des produits, le prix du carburant comme le prix des services, sont totalement en dehors de notre contrôle. Là où cela s’avère possible, le Gouvernement continuera à chercher les moyens d’amortir l’impact du renchérissement du coût de la vie, sur les populations les plus vulnérables. Nous allons continuer à faire tout notre possible pour réduire, sinon maintenir le coût de la vie.
Dans cette stratégie, STC, SPTC et PUC ont un rôle primordial à jouer. La vocation primaire de ces trois services n’est pour faire des bénéfices ou pour faire des investissements et des projets qui vont au delà de leurs termes de référence. Ils ont avant tout une vocation sociale. Le Gouvernement de cette Nouvelle Seychelles veillera à ce qu’ils restent au service du peuple et qu’ils restent fidèles à leur vocation.
2011, c’est l’année au cours de laquelle de nombreuses familles ont pris possession de leur propre maison ou de leur terrain. Au total, depuis mon dernier discours sur l’état de la nation jusqu’à ce jour, nous avons alloué 568 unités de logement et 176 terrains.
Sur le plan international, nous avons continué à nous faire entendre en plaidant la cause des petits Etats insulaires, en militant pour la protection de l’environnement et pour sensibiliser la conscience internationale sur le problème des changements climatiques, en défendant nos intérêts nationaux face au fléau de la piraterie et en militant pour la paix et la coopération internationale.
Enfin, 2011 reste l’année où nous avons été témoins de quatre événements importants : le Carnaval International de Victoria; le  lancement de la VISION2020; les Jeux des Iles; et les élections présidentielles et législatives. Tous ceux-ci sont des actes qui nous rendent fiers et nous encouragent à affronter les défis qui se dressent devant nous avec encore plus de courage et d’optimisme.
Voilà, en bref, Monsieur le Président de l’Assemblée, le bilan de l’année 2011. A présent, je voudrais partager avec vous les perspectives de l’année 2012.
Que nous réserve l’année 2012 ?
Une chose est certaine – et tous les experts sont d’accord là-dessus - la récession mondiale ne va pas finir du jour au lendemain. Elle sera là encore pour un certain temps. Et ça c’est un défi majeur auquel nous devons faire face.
Nous devons garder notre discipline fiscale afin de pouvoir réduire notre dette publique et continuer à investir dans le pays et pour notre peuple. Nous devons garder notre discipline monétaire afin de pouvoir faire face au risque d’inflation, avoir un taux de change stable pour continuer à augmenter nos réserves en devises étrangères, et développer notre secteur financier.
Nous escomptons cette année un excédent budgétaire de 4,7%. C’est un objectif que nous devons atteindre, mais il ne sera pas facile en raison de nombreux facteurs extérieurs, au nombre desquels nous avons la dépréciation de l’Euro par rapport au dollar américain, une Zone Euro en pleine crise, l’augmentation du prix des marchandises de premièrenécessité, l’augmentation du prix du carburant, etc.
Tous ces facteurs ont contribué à la dépréciation de la roupie. Le taux de change a atteint un niveau où nous avons besoin de plus de 14 roupies pour 1 dollar américain. Cette situation me préoccupe beaucoup parce que si ça ne s’arrête pas,l’inflation et le cout de la vie continueront à augmenter. La Banque Centrale est en consultation avec le Gouvernement et le FMI pour explorer les mesures nécessairessusceptibles de redresser la situation et enrayer la dépréciation.
La situation pourrait s’améliorer si les banques donnent la priorité au crédit pour l’investissement aux operateurs économiques et les secteurs comme le logement. Je ne m’arrêterai pas de demander aux banques de faire encore plus. Quand est-ce que nos banquiers vont-ils comprendre que sans financement il n’y a pas de développement durable ! Quand comprendront-ils qu’un taux d’intérêt trop élevé handicape les affaires et punit ceux qui désirent s’acheter ou se construire une maison ? La situation actuelle empêche la croissance. Cela ne doit pas perdurer dans notre Nouvelle Seychelles! Le Ministre des Finances doit prendre les mesures nécessaires pour promouvoir la concurrence. Dans la même optique, le Gouvernement doit encourager la concurrence dans les secteurs où il y a des monopoles.
Nous devons travailler ensemble – travailler dur – pour surmonter ces difficultés. Nous devons rester positifs et ne jamais accepter la défaite. Nous devons rester vigilants et résilients, chercher et saisir toutes les opportunités. Le nouveau partenariat entre Air Seychelles et Etihad Airways constitue à cet égard un signal fort.
Ce partenariat va entre autres aider à ouvrir un nouveau marché touristique, augmenter le nombre de visiteurs aux Seychelles, diversifier nos sourcesémettrices de touristes et ouvrir davantage notre pays au reste du monde. Nous devons intensifier nos efforts en matière de marketing, dans les nouveaux marchés et notamment en direction des marchés émergents. Les operateurs dans l’industrie du tourisme doivent être plus proactifs et plus inventifs. Nous devons nous adapter au nouvel environnement économique, optimiser notre potentiel, attirer plus de touristes, être plus compétitifs afin de pouvoir tirer le maximum de bénéfice de cette industrie. Nous escomptons, cette année, une croissance de 5% dans le domaine du tourisme, mais cela dépendra de notre aptitude à faire face aux conséquences de la récession mondiale.
Malgré nos efforts conjugués à ceux de la communauté internationale, la piraterie continuera d’être une sérieuse menace tant qu’une solution durable n’est pas trouvée en Somalie.La piraterie constitue une menace permanente pour nos industries du tourisme, de la pèche, et le transport maritime. Les Seychelles continueront à lutter fermement contre cette menace. Je viens de participer à une importante conférence à Londres où nous avons profondément débattu de cette question. Le rôle de leader des Seychelles dans cette lutte a été souligné et salué. Nous avons aussi reçu l’engagement de transférer les pirates actuellement en détention aux Seychelles dans leur pays d’origine. Nous n’abdiquerons jamais devant le fléau de la piraterie. Nous allons continuer à prendre des mesures sévères contre ces bandits qui menacent notre souveraineté et notre gagne-pain.
J’ai confiance en l’avenir de notre pays à moyen terme. La forte amélioration de nos moyens de communication suite à l’installation du câble fibre optique entrainera la croissance et une diversification économique. Ce projet doit devenir opérationnel pendant le dernier trimestre de 2012 et va générer davantage d’activités économiques.
Nous allons continuer à consolider les succès de notre reforme économique. Nous allons aussi continuer à nous assurer que la situation du pays reste solide, très solide même, tout en respectant nos engagements vis-à-vis de nos créanciers. Dans ce contexte,notre dernière notation de l’agence Fitch, est très encourageante. Cette note B+ va contribuer à renforcer la confiance des investisseurs et attirer plus de capitaux locaux comme étrangers, dans notre économie.
Nous allons continuer à renforcer nos petites et moyennes entreprises. Mais si nous voulons réaliser cette vision conduisant à l’épanouissement des jeunes entrepreneurs seychellois, nous devons les aborder en visionnaire et être réalistes. Aujourd’hui, dans notre pays, à part les grands investissements étrangers, nous avons également de grands business seychellois qui s’en tirent très bien. Je suis content de les voir contribuer et je les encourage à faire mieux encore. Mais nous voyons aussi nos petits entrepreneurs en train de se battre pour grandir et enregistrer des succès. Ce n’est pas toujours facile pour eux. Les difficultés d’accès au crédit et aux ressources comme le terrain, la formation et le développement des aptitudes appropriées et la bureaucratie sont quelques-uns des obstacles  qui les empêchent de grandir et de prendre une place importante dans l’économie du pays.
Nous devons accélérer les efforts afin d’éliminer la bureaucratie qui nuit au développement de ces petites entreprises. Nous devons réviser notre politique là ou cela s’avère nécessaire et plus important encore, leur accès aux crédits à des taux abordables doit être tenu comme une priorité. Il est important de trouver les solutions qui permettront de les affranchir de cette situation.
En 2012, pour attirer encore plus d’investissements, nous devons aborder les facteurs qui continuent à nous retenir vers le bas. Ceux-ci inclus le temps qu’il faut pour ouvrir un business ;le temps qu’il faut pour obtenir la permission de construire ; le temps qu’il faut pour enregistrer une propriété ou un business ;  le temps qu’il faut pour être connecté à la distribution d’eau et d’électricité ; l’accès aux capitaux et aux crédits… Il arrive parfois que l’on prenne aussi beaucoup de temps pour résoudre un contentieux au niveau des services judiciaires.
Tous ceux-ci sont des contraintes qui ternissent notre image et freinent notre développement. Mais nous avons le pouvoir de les éliminer. Il suffit d’une action concertée. Plus encore, cela demande un changement radical et que nous soyons réceptifs aux changements.
Mieux, il exige que nous travaillions dur pour notre Seychelles.
Le monde dans lequel nous vivons est dynamique ; ce faisant, si nous n’acceptons pas le changement positif, si nous n’acceptons pas d’innover, de nous adapter avec intelligence, nous resterons au bas de l’échelle. Et nous en souffrirons.
Les fondations de notre Nouvelle Seychelles
Monsieur le Président de l’Assemblée, chers frères et sœurs seychellois,
Cette vision d’une ‘Nouvelle Seychelles’ a été clairement développée dans manifeste du Parti Lepep « Mon Plan Pour Vous ».
VISION 2020 offre encore davantage de voies que nous sommes en train de frayer vers notre Nouvelle Seychelles. Cela a été illustré d’une façonéloquente par l’exposition que nous avons organisée l’annéedernière laquelle a permis à notre peupled’appréhender de nouvelles opportunités de logement, de business , d’espaces commerciaux et administratifs, etde technologie.
Depuis la fin de l’exposition, nous avons travaillé sans relâche pour préparer tous les plans nécessaires à ces développements. Eve a déjà commencé. Bientôt, l’Ile Soleil sera ouverte à tous les Seychellois, à commencer par ceux qui avaient fait part de leur intérêt et qui avaient souscrit pour une parcelle, lors de l’Expo. Après, ce sera au tour de l’Ile Aurore, suivie du « Waterfront ». Tous ces projets seront en grande partie financés par des capitaux privés seychellois.
Expo 2020 nous a aussi montré les ambitions seychelloises dans le domaine de l’environnement.
Nous avons déjà fait les premiers pas dans cette direction – le Projet de ‘ Parc Eolien’ – sur l’Ile Romainville rentrera dans sa phase d’exécution au début du mois prochain.

 

Renforcement de la Démocratie et de la Bonne Gouvernance
Monsieur le Président de l’Assemblée,
Cette Nouvelle Seychelles que nous sommes en train de créer ensemble ne peut fonctionner uniquement que dans un environnement démocratique où les trois branches de l’Etat – l’Exécutif, le Législatif et le Judiciaire – ont chacune un rôle distinct et complémentaire à jouer.
Nous sommes en train de renforcer ces différentes institutions par le biais des élections, des reformes, le dialogue, la consultation, la promulgation ou l’amendement des lois. Le peuple seychellois s’est exprimé clairement et en toute liberté l’année dernière. Il a fait son choix et a m’a confié un nouveau mandat. Je crois à un gouvernement ouvert qui reste soudé au peuple.  Je crois au dialogue et à la consultation comme des éléments essentiels de la bonne gouvernance. Aussi, je resterai connecté au peuple. Ce qui m’importe, c’est l’intérêt du peuple. Vous m’avez élu pour produire des résultats et je le ferai pour vous. Je le ferai pour notre Nouvelle Seychelles.
La seconde élection, c’était pour élire une nouvelle Assemblée nationale. Encore une fois, le peuple seychellois a fait montre de maturité et de sagesse. Il a fait librement son choix  et a envoyé à  l’Assemblée les partis et les individus capables de mieux représenter ses intérêts. C’est ça la démocratie. C’est ça le choix du peuple. Et nous devons le respecter. Nous devons travailler avec cette nouvelle Assemblée.  Je souhaite, je suis même certain – qu’elle continuera à promouvoir le dialogue, les bonnes valeurs patriotiques et démocratiques et ainsi que les lois qui répondent aux aspirations  du peuple et de notre Nouvelle Seychelles.
J’adhère auprojet de reforme électoralequi est en train de prendre forme à travers la consultation du peuple sur une échelle nationale.Le résultat de cet exercice prendra la forme d’un projet de loi qui sera soumis au Gouvernement qui le transmettra ensuite à l’Assemblée Nationale pour approbation. Une fois approuvéetratifié,il sera le document de référence de toutes les élections à venir.
En ce qui concerne le Judiciaire, il persiste toujours une certaine  perception de lenteur et de lourdeur dans son action de rendre la justice. Nous reconnaissons que les services judiciaires sont en train de travailler sous de nombreuses contraintes, notamment en ce qui concerne les ressources humaines et financières. Mais il doit y avoir une certaine volonté de la part de tous ceux qui sont impliqués dans l’action judiciaire de continuer à chercher une solution à ces insuffisances. Il faut que les choses aillent plus vite !

L’Ordre, la Paix et la Sécurité
Monsieur le Président de l’Assemblée, chers frères et sœurs seychellois,

Au cours des discussions qui se sont déroulés dans les districts, certains habitants ont fait ressortir qu’il ne fait plus bon vivre dans noscommunautés : ‘’voleurs, drogués, soulards et autres bandits ont pris en otage notre communauté’’, ont-ils dit. C’est vrai ce qu’ils ont dit.
Dans cette Nouvelle Seychelles, nous devons reprendre notre communauté des mains des bandits et délinquants. Je continuerai à mener avec vigueur et sans relâche un combat acharné contre le crime et les comportements antisociaux. Ils revêtent plusieurs formes, mais ils ont tous comme dénominateur commun : la drogue. La consommation et le trafic de  drogues alimentent le crime, brisent la vie et les aspirations des familles. Nous devons intensifier notre combat contre ces criminels, les donner une bonne correction et les réhabiliter,si possible.
L’année dernière, dans mon discours à l’occasion de la Journée Nationale, j’avais dit que nous devions éloigner les trafiquants de drogue du reste de la population carcérale. Cela est devenu une réalité aujourd’hui. Nous venons en effet de transférer 20 individus condamnés pour trafic de drogue sur Marie Louise, une de nos iles éloignées. Dans les semaines à venir, nous allons encore y transférer autant sinon plus de prisonniers. Nous n’avons aucune compassion pour eux. Leur crime est horrible. Ils iront purger leur sentence très loin des gens qu’ils ont empoisonnés et des gens avec lesquels ils auraient pu entrer en contact durant leur détention, à Montagne Posée.
Voilà ce qui doit servir d’avertissement à tous les trafiquants : «si nous te prenons tu seras sévèrement puni. A Marie Louise tu apprendras à travailler.»
En ce qui concerne la réhabilitation, le système que nous avons mis en place sur l’ile deCoetivy est en train de bien fonctionner.Là-bas les prisonniers sont en train d’acquérir des aptitudes vocationnelles qui leur seront utiles à la fin de leur sentence ; ils aident,par ailleurs, à maintenir l’ile en bon état.
Je profite de l’occasion pour rappelerencore une fois à tous les trafiquants de drogue que les Seychelles leur ont déclaré la guerre. Ils seront l’un après l’autre transféré à Marie Louise.
Dans le souci d’assainirnotre communauté et de créer un environnement social où il fait bon vivre, je voudrais poser les questions suivantes en espérant que tout le monde réfléchiralà-dessus et sur lesquelles j’invite l’Assemblée à débattre:
- est-ce qu’il n’est pas temps d’imposer dans notre pays une heure au delà de laquelle la vente de la boisson sera interdite ? Parfois, vous voyez, très tôt le matin, devant les boutiques des gens en forme qui peuvent bien travailler en train de boire. La même réflexion s’applique aux « cambuses ».
- est-ce qu’il n’est pas temps d’infliger des sanctions plus sévères aux boutiquiers qui vendent l’alcool et la cigarette aux mineurs ?
- est-ce qu’il n’est pas temps de prendre des sanctionssévères contre les gens désœuvrés qui nuisent, par leur comportement, à la communauté, et des mesures sérieuses contre la prostitution ?
- est-ce que nous devons encourager une culture qui dévalorise notre propre culture, nos valeurs, notre sensibilité et notre dignité en tant que nation, en faisant sa promotion
- dans nos medias nationaux ?
La Renaissance Sociale
Monsieur le Président de l’Assemblée, peuple seychellois,
L’évolution de notre société fait parfois que nous avons tendance à perdre notre « boussole morale ». Nous sommes en train de perdre les bonnes valeurs morales, spirituelles et culturelles que nos ancêtres nous ont inculquées. L’année dernière j’avais lancé l’appel pour une « Renaissance Sociale » dans notre pays.Les consultations que nous avons engagées à tous les niveaux ont fait émerger plusieurs points importants qui sont : l’éducation, la protection de nos enfants et de notre jeunesse, la responsabilité des parents, l’importance du travail dur, le respect de soi et de son prochain, la discipline, le respect de l’autorité et de l’ordre, etc.Je voudrais aborder deux points en particulier : l’éducation et la protection de nos enfants et de notre jeunesse, ainsi que la responsabilité des parents.
Tout commence par l’éducation. Et l’éducation commence en famille. Elle est renforcée par l’éducation formelle qui est dispensée à l’école. J’ai constaté qu’il n’y a pas suffisamment d’éducation civique dans nos établissements scolaires. C’est à travers cela pourtant que sont inculquées à nos enfants et à nos jeunes les bonnes valeurs morales, spirituelles et culturelles ; qu’ils développent leur sens patriotique et leur loyauté envers le pays ; qu’ils apprennent la valeur de la discipline et du travail dur ; qu’ils apprennent leurs droits, leurs responsabilités et leurs obligations. Nous sommes en train de le faire, dans une certaine mesure.  Mais nous ne le faisons pas à suffisance.Dans cette Nouvelle Seychelles, le Ministre de l’Education devrait revoir son ‘’curriculum’’ et accorder une place plus importante à l’instruction civique. Il doit aussi revoir le contenu et le contexte de l’enseignement de la géographie et de l’histoire qui doivent avoir un volet local. Cela permettra aux enfants de mieux apprécier et de mieux connaitre notre pays.
Il est de notre devoir de protéger nos enfants et nos jeunes  contre les influences néfastes et les abus. Un adulte qui trompe la confiance d’un enfant, profite de son innocence et l’abuse sexuellement, commet un crime, un délit grave que nous devons réprimer sévèrement et sans pitié.  Ne méritent-ils pas de purger leur peine a Marie Louise ?
Les parents ont une responsabilité majeure vis-à-vis de leurs enfants. Mais il arrive que certains parents abdiquent totalement devant leurs responsabilités.A la différence de nombreux autres pays dans le monde où les orphelins sont accueillis dans des orphelinats, aux Seychelles nous avons des ‘’orphelins sociaux’’, c’est- à-dire des enfants abandonnés. Je constate, non sans tristesse, comme parent, que nous avons actuellement 77 enfants qui sont aux bons soins de l’Etat, répartis dans trois foyers. Il n’y a pas parmi eux un seul orphelin. Leurs parents les ont abandonnés et ils ne recevaient ni amour, ni soin  et certains ont même été abusés.
Cette situation ne peur continuer indéfiniment. Un homme et une femme ne peuvent pas se contenter de mettre seulement au monde un enfant sans penser aux conséquences, sans accepter leurs responsabilités partagées vis-à-vis de ce petit innocent. Est-ce que nous ne devons pas envisager des mesures sévères contre ces parents irresponsables qui négligent leurs enfants ? Est-ce que nous ne devons pas renforcer les compétences et les pouvoirs du Tribunal de la Famille ? Je pense qu’il est temps de sanctionner sévèrement ces parents irresponsables.
La Jeunesse
Monsieur le Président de l’Assemblée, chers frères et sœurs seychellois,

La jeunesse est l’un des plus importants piliers de notre Nouvelle Seychelles.A cet égard, le Conseil National de la Jeunesse va se concentrer cette année sur les programmes de développementintégré de la jeunesse, visant notamment l’éducation, la santé, la jeunesse, l’entreprenariat, l’environnement, le service communautaire et les activités spirituelles, culturelles et récréatives à tous les niveaux. Ces activités et services vont aider à consolider davantage le programme de ‘’Renaissance Sociale’’.
Après nos succès lors de la 8ème édition des Jeux des Iles de l’Océan Indien, nos attentes en matière de sport ont été revues à la hausse. Il est fort approprié donc que nous fassions un effort spécial pour consolider nos réalisations et créer les conditions qui permettre d’améliorer nos résultats. C’est pour cette raison que cette année nous allons mettre l’emphase sur la détection et le développement des talents depuis le très jeune  âge afin de produire de futurs champions au niveau international. Cette année, nous allons nous concentrer sur les Jeux Olympiques et la CJSOI. Nous sommes convaincus qu’ils vont travailler plus durement pour les Seychelles et apporter plus de victoires pour notre Nouvelle Seychelles. Nous les souhaitons bonne chance.
Restructuration du Gouvernement de notre Nouvelle Seychelles
Monsieur le Président de l’Assemblée, peuple seychellois,

En considérant notre phase actuelle de développement, tout ce que j’ai dit plus tôt ainsi que nos perspectives de développement,notre Nouvelle Seychellesexige un gouvernement restructuré. J’ai longuement réfléchi sur cette structure afin qu’elle réponde à l’attente du peuple, et pour qu’elle reste connectée au peuple.
La structure d’un gouvernement doit refléter ses fonctions, c'est-à-dire que les institutions gouvernementales doivent être organisées de manière à ce qu’elles soient à même de faire valoir ces fonctions de la façon  la plus efficace possible.
Dans mon discours lors de la Journée Nationale en 2011, j’avais annoncé mon intention de faire des changements majeurs dans la Fonction Publique au début de 2012. D’une façon générale, ces changements ont pour but d’offrir de meilleurs services au peuple seychellois et pour apporter plus d’efficacité, plus de discipline et plus de transparence. Le Gouvernement doit resterconnecté au peuple. Je souhaite voir plus souvent cette nouvelle équipe sur le terrain, au sein du peuple.Tout ministre et fonctionnaire doit rester connecté au peuple qu’il doit aussi servir. Moi, en tant que Président, je ferai sûr que ce principe est respecté.  Et je serai le premier à donner l’exemple.
Avant de vous faire part de ma décision concernant le gouvernement, je voudrais d’abord attirer l’attention sur certains points :
- le peuple seychellois m’a élu pour que je sois à son service. Je continuerai à travailler pour lui comme je l’ai toujours fait. J’ai besoin des collaborateurs fidèles, loyaux et compétents pour m’épauler dans cette tâche. Ces collaborateurs sont principalement les ministres nommés par moi. Des lors qu’ils acceptent leur position de ministre, ils doivent aussi accepter les responsabilités qui accompagnent le poste. Ils doivent mettre à l’écart leurs propres intérêts et leurs ambitions personnelles. Ils ne doivent jamais abuser de leur position pour valoriser leur statut. Ils ont été places dans leur poste pour travailler durement pour une durée limitée. Ils ne sont pas ministres a perpétuité. Ils sont, avant tout, au service du peuple, et ils occuperont ce poste tant que leur service sera désiré.  Les mêmes principes s’appliquent aux fonctionnaires.
- le remaniement, la restructuration du gouvernement, n’est pas un jeu de chaise musicale. La rotation d’un ministre dans un nouveau poste ministériel est non seulement normalemais se présente souvent comme une nécessité. Un autre ministre va poursuivre son travail et faire ses preuves.
- la décision de restructurer le gouvernement a été prise après beaucoup de réflexiondans l’intérêt du peuple seychellois, et uniquement dans son seul intérêt.
- dans les Nouvelles Seychelles, nous ne permettrons pas la création d’empire.
- nous n’allons pas tolérer non plus la corruption de quelque forme et de quelque nature que ce soit. Il y a souvent cette perception que c’est seulement dans le gouvernement qu’il y a la corruption.Ce n’est pas le cas du tout. Nous ne ferons aucune distinction entre celui qui s’est laissé acheter et celui qui l’a acheté. Tous les deux sont coupables et seront sanctionnés sévèrement.
- nous privilégierons la méritocratie par rapport au temps de service passé dans le gouvernement. Ainsi, nous allons valoriser le travail dur et les efforts de tous les travailleurs qui font preuve de diligence.
- nous reconnaissons le potentiel de nos jeunes. Nous faisons confiance à ces futurs leaders de notre pays. Ma décision de nommer des jeunes, de nouvelles figures et promouvoir les femmes dans des postes clés, est un principe auquel je crois sincèrement. Soutenons-les au lieu de les bruler avant même qu’ils ne commencent à faire leur preuve.
- un individu est nommé dans un Conseil d’administration sur la base de ses compétences et expertises, et en fonction de la place qu’il occupe dans le département ou l’agence qu’il représente.  C’est pour cette raison que l’on peut parfois voir la même figure dans différents conseils d’administration.
- un haut fonctionnaire peut être muté à un autre poste ou prendre de nouvelles fonctions comme par exemple Conseiller Special. De même, un ministre peut être nommé ambassadeur demain afin qu’il aide à promouvoir notre politique de diplomatie proactive. Dans tous les deux cas, leurs nouveaux rôles revêtent autant de responsabilités et d’importance que leurs fonctions précédentes et cela doit être reconnu dans la nouvelle structure gouvernementale. C’est leur expertise et leur expérience qui seront valorisées dans l’intérêt de notre Nouvelle Seychelles.
Je voudrais, à présent, partager avec vous ma décision concernant la restructuration de mon gouvernement.
Les Finances
Aujourd’hui, notre économie est sur la bonne voie. Nous avons fait des progrès remarquables qui ont été mondialement reconnus. Mais sur la scène internationale, une autre crise économique s’est déclarée et nous devons prendre des précautions afin de protéger notre pays et notre peuple contre toutes les mauvaises conséquences qui pourraient affecter les progrès que nous accomplis jusque-là. Nous devons aussi travailler dur pour encourager plus d’investissements dans le pays.
Dans cette perspective, j’aidécidé de fusionner les  portefeuilles des Finances, du Commerce et des Investissements pour le confier àun seul ministre qui s’en occupera à plein temps.

Intérieur et Transports
Un autre domaine où j’ai estimé nécessaire d’en confier le portefeuille à un seul ministre, c’est celui de l’Intérieur et des Transports. Le portefeuille de l’Intérieur couvre les départements de la Police, de l’Immigrationet l’Etat Civil, et la Prison.
Le travail à la Police et à la Prison s’est beaucoup accru, suite à l’intensification de notre lutte contre les crimes importants, tels que le trafic de drogues, la délinquance, les comportements antisociaux et la piraterie. Ces problèmes déstabilisent notre pays, notre économie et nos communautés. Et tout cela demande un immense travail.
C’est pourquoi j’ai décidé de mettre le portefeuille des Transports et celui de l’Intérieur ensembleparce qu’il existe un lien important entre les systèmes de transports et les systèmes de sécurité.
L’Environnement et l’Energie
Notre environnement naturel est notre atout le plus important. Notre industrie du tourisme en dépend. Notre industrie de la pêche dépend de sa gestion et de sa préservation. Nous sommes considérés comme un modèle de développement intégré à l’environnement. Aussi devons-nous continuer à bâtir sur ce succès. Nous devons faire en sorte que nos efforts de développement ne mettent jamais en danger notre environnement.
Un autre défi, c’est le changement climatique et les effets que cela pourrait avoir sur notre environnement physique et notre mode de vie. Nous devons chercher et développer de nouvelles sources d’énergie durable à long terme. Tous ceux-ci demandent de la recherche et beaucoup d’actions.
J’ai alors décidé de créer un Ministère de l’Environnement et de l’Energie.
Tourisme et Culture
Le tourisme constitue le pilier principal de notre économie. Nos marchés émetteurs de touristes se trouvent en Europe, mais avec la crise financière actuelle dans cette partie du monde, nous devons diversifier nos sources et porter le regard sur les autres parties du monde. Nous devons le faire avec plus de dynamisme. La restructuration d’Air Seychelles nous permettra d’exploiter ces nouveaux marchés.
Notre culture est unique. C’est une ouverture vers le monde. Il est nécessaire de continuer à développer la ‘Marque Seychelles’ afin de promouvoir notre héritage culturel dans ses diverses dimensions et maximaliser nos potentialités touristiques ainsi que nos revenus.

Ce faisant, j’ai décidé d’instituer un Ministère du Tourisme et de la Culture qui va apporter une nouvelle dynamique dans notre industrie du tourisme, promouvoir et préserver notre héritage et raffermir les avantages découlant des deux portefeuilles au profit des Seychelles.
Les Affaires Sociales, leDéveloppement Communautaire et les Sports
Le programme de ‘’Renaissance Sociale’’ dont j’ai pris l’initiative en 2011 est un programme qui touche toutes les couches de la société. Les points qui ont émergé au cours des diverses rencontres qui ont eu lieu dans les districts ont montré qu’il y a une relation étroite entre les problèmes sociaux et le développement communautaire. Il nous reste à faire un travail énorme pour renforcer les capacités de nos districts. Cela demande, entre autres, l’établissement des Conseils de district qui vont permettre aux citoyens de jouer un plus grand rôle dans la vie de leur communauté et faire face à leurs responsabilités. Aussi, j’ai décidé de mettre les deux portefeuilles ensemble pour constituer le Ministère des Affaires Sociales, des Collectivités locales et des Sports.
L’Emploi et les Ressources Humaines
Deux autres portefeuilles qui sont déjà ensemble sont ceux de l’Emploi et des Ressources Humaines. Aujourd’hui ces deux portefeuilles importants sont associés à celui de l’Education qui se trouve être également un portefeuille très important.
Nous devons explorer d’autres moyens pour réduire notre dépendance du travail des expatriés à travers notamment les programmes de perfectionnement de nos travailleurs.Il y a beaucoup de recherches et de travail que nous devons faire sur les profils de travail dans notre pays afin que les programmes scolaires et des autres centres de formation professionnelle soient en ligne avec les besoins réels du monde du travail.
Dans la même lancée, nous devons moderniser nos lois sur l’emploi afin de créer un climat favorable et qui inciterait les gens à se débrouiller, à travailler, au lieu de profiter de notre système de bien-être social qui est là pour ceux qui travaillent déjà mais qui ont besoin d’une assistance additionnelle temporaire.
J’estime qu’il est temps de créer un ministère qui sera responsable seulement de l’emploi et des ressources humaines afin que le ministre qui en sera responsable dispose de suffisamment de temps pour étudier minutieusement les dossiers et résoudre les problèmes relevant de sa compétence.


L’Education
Une bonne éducation, surtout les premières années scolaires d’un enfant, est très importante, parce que c’est cela qui oriente l’enfant sur le bon chemin et, combinée aux soins conjugués des enseignants et des parents, peut l’empêcher de tomber sous les influences néfastes et emprunter de mauvaises habitudes. Ce sont ces années de formation qui constituent la clé de notre succès dans ce domaine. Je crois sincèrement que si nous voulons une vraie renaissance sociale dans notre pays, nous devons commencer d’abord avec nos enfants. Et c’est notre système éducatif qui doit nous permettre de la réaliser. L’éducation est la clé  de notre avenir.
La Santé
Quand nous parlons de l’état de la nation, nous sommes obligés de faire également référence à  l’état de la santé de notre nation. L’attente du public et des patients en matière de soins est très élevée et ce ministère doit trouver les voies et moyens d’être innovateur afin de trouver des solutions aux problèmes qui se posent. En même temps nous devons tous prendre nos responsabilités vis-à-vis de nous-mêmes, notamment en ce qui concerne notre propre santé. Apprécions la vie, apprécions et valorisons les soins que l’Etat met à notre disposition.
A l’instar de l’Education, la Santé est un autre domaine où nous n’avons une obligation de réussite.
Les Affaires Etrangères
Le Ministère des Affaires Etrangères continuera à jouer un rôle important en promouvant une diplomatie proactive et en renforçant les liens amicaux et de coopération avec les pays de la région et sur la scène internationale. Il s’efforcera de chercher l’aide et le soutien pour les Seychelles et continuera à jouer un rôle dirigeant dans la région comme au niveau international dans ses domaines de prédilection que sont le changement climatique, la protection de l’environnement, la lutte contre la piraterie et la lutte pour la justice sociale et économique.
L’Aménagement du Territoire et le Logement
Je me propose de renforcer les capacités du Ministère de l’Aménagement du Territoire et duLogementafin de permettre une meilleure planification de l’aménagement des terres, de notre territoire et de nos ressources en général, et pour aussi répondre aux besoins des citoyens à la recherche de logement ou de terrain pour entreprendre leur développement.
Notre programme de construction de logements va se poursuivre et nous allons aussi créer un nouveau mécanisme dans lequel le secteur privé pourra jouer un plus grand rôle dans le programme.
Je vais créer une nouvelle Agence de Planification et de Réalisation des Projets qui va regrouper tous les professionnels du génie civildu secteur public afin d’autoriser une meilleure gestion de l’expertise existante dans ce domaine clé. Cette Agence sera responsable de tous les projets du gouvernement.
Le rôle de l’agence Housing Finance Company sera révisé afin qu’elle devienne une institution financière.
Une nouvelle agence, la Property Management Agency, s’occupera de la gestion des propriétés du gouvernement.
Ressources Naturelles et Industries
Le Ministère des Ressources Naturelles et des Industries veillera à ce que le développement de l’agriculture et de la pêche aux Seychelles, continue à être bien géré afin d’assurer la sécurité alimentaire du pays. Il s’assurera également que les Seychelles perçoivent un rendement substantiel de l’exploitation de ses ressources halieutiques par les bateaux étrangers. Il y a beaucoup de politique de développement à faire dans les domaines de l’agriculture et de la pêche et nous allons les poursuivre par le biais de consultations des professionnels qui exercent dans ces domaines.
Les petites et moyennes participent substantiellement à la création des richesses et des emplois. Ce ministère aura la responsabilité de créer les conditions favorables à leur épanouissement. Il se chargera par ailleurs de la supervision de la nouvelle agence qui  sera mise en place afin de gérer les zones industrielles.
Le Portefeuille de Vice-président
Le Vice-président a fait un travail remarquable dans la gestion des reformes macroéconomiques ainsi que la gestion du budget et de l’économie. Je le félicite pour ça.  Nous nous sommes entretenus et nous sommes convenus que maintenant que l’économie est sur une base solide, nous pouvons à présent confier ce portefeuille à un ministre qui s’en occupera à plein temps. Ainsi il pourra me donner un plus grand coup de main dans l’action du Gouvernement dans la gestion de notre Nouvelle Seychelles. En même temps, il pourra se concentrer davantage et avec plus de vigueur sur les portefeuilles qu’il continuera à détenir.
Le Vice-président continuera à garder les portefeuilles de l’Information technologique et de la Communication. Ce portefeuille est très important dans la perspective de la modernisation de notre système informatique, et l’arrivée prochaine du câble fibre optique qui va nettement améliorer le service ‘internet’ et les communications à une vitesse qui ouvrira grandement les portes aux business et au commerce, l’éducation, la santé et les  loisirs.
Le Vice-président conservera également le portefeuille de la Fonction Publique qui est vital pour l’administration des services gouvernementaux et des agences.
Les portefeuilles du Président
Comme Président je continuerai à garder les portefeuilles de la Défense, de la Sécurité Nationale, de la Lutte Anti-drogue, de la Justice, de l’Information et des Hydrocarbures, y compris l’exploration pétrolière. J’ai décidé de prendre également le portefeuille de la Jeunesse compte tenu de mon attachement et de mon engagement personnel auprès des jeunes, un travail que je voudrais poursuivre avec eux, et vu que je suis impliqué dans les différents programmes de Young Leaders. Dans ce domaine, je compte beaucoup sur le travail du Conseil National de la Jeunesse qui reste toujours une institution autonome.
Monsieur le Président de l’Assemblée
Voilà, en bref, la restructuration du gouvernement que je voudrais mettre en place. 
Certes ce n’est pas simplement la restructuration qui rendra le gouvernement efficace. Sans le dévouement, l’engagement et la persévérance de tous les travailleurs, nous n’atteindrons jamais notre objectif.
Je salue tous les travailleurs de la Fonction Publique qui donnent les meilleurs exemples dans leur service, qui sont productifs et qui cherchent sans cesse à offrir le meilleur service - un service régulier et assidu, qui traite avec compassion et qui tient compte des besoins du client.
Dans cette Nouvelle Seychelles, il n’y a pas de place dans la Fonction Publique pour les fonctionnaires qui ne sont pas intéressés à offrir un bon service, à travailler dur et à être productif et innovateur.
Les ministres et les chefs exécutifs des agences doivent s’assurer que le travail de leur personnel est bien suivi, que le travail dur est encouragé et que des mesures appropriées sont prises à l’encontre de ceux dont la performance et le comportement laissent à désirer.
Conclusion
Monsieur le Président de l’Assemblée,
Chers frères et sœurs seychellois,

Nous sommes debout au sommet de la montagne.  Nous y sommes debout, fiers, dans notre Nouvelle Seychelles. En jetant un coup d’œil rétrospectif sur le chemin parcouru, nous apprécions la distance que nous avons parcourue pour arriver là où nous sommes. Nous sommes en train de jouir de notre liberté et de toutes les réalisations que nous avons faites jusqu’à présent. Mais nous restons conscients des responsabilités et obligations qui en découlent. Nous sommes en train de jouir des fruits de notre travail. Et nous avons les potentialités pour faire encore mieux. La jeunesse est pleine d’espoir au regard des  opportunités qui se présentent. Nos travailleurs attendent aussi que leur travail dur soit reconnu. Nos enfants sont à l’œuvre à l’école, et nos ainés ont leur dignité. Ce n’est plus le temps de la médiocrité et du laisser-faire. Nous voulons continuer à faire bien, et mieux encore. C’est un avenir brillant que nous sommes en train de créer ensemble. Cela demande d’énormes efforts à chacun de nous. Il exige de nous amour et loyauté envers notre patrie. Il demande aussi la paix, l’harmonie et l’unité. C’est le lieu pour moi d’inviter tous les Seychellois à s’unir comme un seul homme pour aider notre pays à poursuivre sa marche en avant. Je suis prêt à travailler avec vous, à travailler dur pour notre Nouvelle Seychelles.
Une grande vedette de la chanson seychelloise, Patrick Victor exprime ce message d’une façon éloquente: « Oh! Seychellois… lève-toi et chante l’espoir pour cette terre qui est à toi. Oh! Seychellois aujourd’hui le pouvoir est à toi. Serre le poing et marche vers ton destin… Une nation pour une même gloire et une même victoire… »
Laissez ce message nous inspirer vers la beauté de l’avenir que nous pourrions bâtir ensemble, si nous travaillons tous ensemble, si nous travaillons dur et créons ensemble : l’avenir de notre Nouvelle Seychelles.
Merci !
Que le Bon Dieu continue de bénir et de protéger les Seychelles !

 

View all speeches