Speeches

State House

Discours d’investiture du Président James Alix Michel, le 20 decembre 2015 à State House

Sun, 20 December 2015

Chers Frères et Sœurs Seychellois

Monsieur le Président Mancham

Monsieur le Vice-Président

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale

Madame la Chef Juge

Monsieur le Président de la Cour d’Appel

Mesdames et Messieurs les Ministres

Honorable Vice Premier Ministre de la République de Maurice

Monsieur le Secrétaire Général de la Commission de l’Océan Indien,

Madame la leader de la Majorité présidentielle à l’Assemblée Nationale

Monsieur le Chef de l’Opposition à l’Assemblée Nationale

Monsieur le président de la Commission Nationale Electorale

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs de Mission diplomatique et des

Organisations Internationales

Messieurs les Représentants des Organisation Religieuses

Mesdames et Messieurs les Députés à l’Assemblée Nationale

Mesdames et Messieurs les membres de la Commission Electorale

Mesdames et Messieurs les Chefs et Membres des délégations d’Observateurs  étrangers et locaux

Mesdames et Messieurs les Représentants des Partis politiques

Mesdames et Messieurs les Représentants du Corps Consulaire

Mesdames et Messieurs de la Presse

Distingués Invités

 

 

La  démocratie est manifestement le vainqueur de l’important scrutin auquel les Seychellois avaient été  invités à participer pour choisir leur dirigeant pour les cinq prochaines années. Mais c’est surtout le peuple seychellois qui en est le principal vainqueur. C’est la victoire de notre démocratie. La victoire de tous les Seychellois qui viennent de me renouveler leur confiance pour un troisième et dernier mandat.

 

Aussi, permettez-moi de saluer mon brave peuple, courageux et résilient. Ce peuple qui sait confronter et surmonter les défis pendant les moments difficiles. Ce peuple qui apprécie les valeurs de liberté, de justice et de démocratie. Ce peuple, enfin, qui veut et croit en l’unité nationale et la stabilité. Peuple déterminé, je vous salue!

 

Les résultats de ces élections ne montrent guère que notre peuple est divisé. Loin de là. Car nous avons toujours vécu et travaillé ensemble, en dépit de nos divergences politiques. Et il en sera toujours ainsi, sous mon mandat.

Les résultats de ces élections traduisent plutôt la maturité de notre peuple et la force de notre démocratie. Ils traduisent la transparence, la tolérance et le respect de la diversité des opinions politiques. C’est un  procès dynamique auquel j’adhère. Un procès qui me renforce dans ma détermination à travailler encore plus puissamment pour le peuple seychellois. Je me battrai toujours pour les intérêts du peuple seychellois, quoique certaines décisions aient pu me coûter un certain soutien. Je reste déterminé à maintenir l’ordre et à rassembler les Seychellois dans un même élan pour travailler ensemble sous la même bannière, pour le progrès et la prospérité du pays.

 

Certains disent ne  pas être satisfaits des résultats de ces élections. Nous aussi, nous sommes un peu dans la même disposition. Nous ressentons aussi une certaine déception. Car nous aurions souhaité engranger plus de voix. Mais nous nous soumettons à la décision du peuple. C’est la seule qui prime avant tout. Il a choisi de se ranger sous la bannière « ENSEMBLE ! » en lieu et place du slogan « PIETINONS- LE ! ». C’est le lieu pour moi d’inviter tous les Seychellois qui éprouveraient une certaine amertume, de ne pas se laisser dominer par leur déception ou leur mécontentement au risque de nous entrainer dans un cycle de violence et de déstabilisation. La violence n’a pas droit de cité dans notre société. Le peuple seychellois en est contre, et sous toutes ses formes. Aussi, nous ne la tolérerons pas. Chacun de nous est libre  d’exprimer ses opinions, mais de façon pacifique et dans les structures démocratiques qui sont dédiées à cela. Si certains ont des réserves concernant les résultats, ils peuvent déposer un recours à la Cour qui dira le droit.

 

 

Peuple Seychellois

Je voudrais à présent remercier tous ceux qui ont aidé le Vice-président Danny Faure et moi dans notre campagne électorale. Je voudrais aussi remercier tous ceux qui ont participé à cette élection présidentielle, notamment les candidats des différents partis politiques, la Commission Electorale, tous les agents électoraux ainsi que tous les services qui ont œuvré afin qu’elle se déroule dans l’ordre, la paix et la sérénité.

Mes remerciements s’adressent également aux organisations religieuses et civiles qui ont apporté leur contribution à cet exercice démocratique.

Je voudrais par ailleurs exprimer ma profonde gratitude à l'Honorable Vice-Premier Ministre de la République de Maurice, M. Ivan Collendavelloo et à M. Jean-Claude de l'Estrac, Secrétaire général de la Commission de l'océan Indien. Votre présence ici, aujourd'hui,  est le vibrant témoignage des excellentes relations d’amitié et de coopération qui nous lient mutuellement, et des valeurs que nous avons en partage. Je vous remercie très sincèrement d'être parmi nous aujourd’hui.

J’aimerais également étendre mes remerciements aux Chefs de Mission diplomatique,  aux Représentants des Organisations internationales, ainsi qu’aux Représentants du Corps Consulaire ici présents, pour leur soutien. Votre présence est un puissant geste d’amitié et de solidarité dans l’esprit des valeurs démocratiques que nous partageons. Je vous en remercie vivement.

Je tiens à remercier également les Observateurs internationaux,  les Observateurs locaux ainsi que les médias nationaux et internationaux. Merci à vous tous!

Frères et Sœurs seychellois,

 

Mes remerciements les plus profonds et les plus sincères s’adressent à vous tous, au peuple seychellois tout entier. Vous avez exercé votre droit et accompli votre devoir. Vous avez démontré votre maturité et fait votre choix. Vous avez choisi de poursuivre avec moi dans la voie que nous avons commencée ensemble. Vous avez choisi l’unité et la stabilité pour davantage de progrès encore. Vous m’avez fait confiance et vous avez adhéré à ma vision. Je voudrais que vous en soyez remercié.

 

Vous m’avez élu président – le président de tous les Seychellois – pour un troisième et dernier mandat. Aussi, continuerai-je à rassembler, à écouter et consulter. Je resterai connecté au peuple. Et je continuerai à propager le même message de paix, d’unité, de stabilité, de patriotisme… Parce que ce pays est notre berceau. Il a besoin de tous ses enfants. C’est notre patrie, un havre de paix dans ce monde tristement déchiré et bouleversé.

 

Je ne vous ai pas sollicité un dernier mandat parce que je suis attaché ou assoiffé de pouvoir. Loin s’en faut ! Mais c’est parce que pendant 50 ans de ma vie, j’ai aidé à construire les Seychelles qui sont les nôtres aujourd’hui ; parce que j’ai envie qu’ENSEMBLE, nous consolidions les progrès que nous avons déjà accomplis ; parce que j’ai envie que nous continuons à bâtir ENSEMBLE à partir de ces progrès, sans compromettre nos acquis et principes fondamentaux.

J’ai souhaité que vous me confiiez ce dernier mandat afin que je consacre ces cinq prochaines années de ma vie à servir mon peuple et mon pays ; pour assurer la continuité de la stabilité et des transformations ; pour améliorer là où résident des faiblesses ou des insuffisances ; enfin pour qu’ENSEMBLE, nous allions plus loin et plus haut encore.

 

Vous m’avez fait confiance. Et je ne vous décevrai pas.

Nous devons continuer à travailler ENSEMBLE afin de réaliser nos aspirations. Nous sommes tous appelés à apporter notre contribution à cette grande entreprise nationale: notamment prendre possession de notre économie et notre développement ; renforcer les capacités de tous les Seychellois, notamment celles de nos jeunes ; responsabiliser individuellement et collectivement afin que chacun se mobilise pour donner le meilleur de lui-même.

Nous devons continuer à mettre en place les structures nécessaires à la création des richesses, et pour le bien-être et la prospérité. Nous devons poursuivre la création des opportunités nécessaires pour la formation et l’épanouissement de nos jeunes afin qu’ils puissent assurer la relève. Nous devons continuer à créer les conditions propices au développement de nos petites et moyennes entreprises. Nous devons continuer d’avancer en aidant nos concitoyens à prendre l’initiative, à voler de leurs propres ailes et à  les encourager à être moins dépendants de l’assistance sociale.   

Vous êtes déjà au fait de mon plan pour les 5 prochaines années. J’en ai parlé tout au long de ma campagne électorale. Il y est aussi fait mention dans le manifeste du Parti Lepep. C’est ce Manifeste « Ensemble » qui sera mon guide et celui de mon Gouvernement. Le mandat de cinq ans que vous m’avez confié, m’offre donc l’opportunité de continuer à bâtir sur ce que nous avons commencé ensemble.

Frères et Sœurs seychellois,

A travers cette élection, vous avez envoyé un message très clair et très puissant. Je vous ai entendu. Et je vous ai compris. Vous m’avez accordé encore cinq ans pour organiser davantage notre pays ; organiser encore mieux tous les secteurs ; développer davantage nos districts, nos communautés afin d’améliorer le niveau de vie de tout un chacun,  pour assurer une plus grande répartition des opportunités et une meilleure redistribution de la richesse nationale et pour établir un meilleur équilibre socioéconomique dans le pays.

Un gouvernement du peuple, pour le peuple. Un gouvernement qui continuera à renforcer les institutions républicaines et démocratiques, qui continuera à promouvoir le civisme, la solidarité et la compassion ainsi que le bon service, le travail productif et le respect mutuel.

 

Nous avons plusieurs priorités qui nécessitent une attention urgente. Nous avons, en premier lieu, l’abus et le trafic de la drogue. Nous sommes tous conscients que ceux-ci constituent aujourd’hui un fléau important de notre société. Il est donc plus que nécessaire que nous cherchions ensemble une solution et apportions une aide à ses victimes, sans pour autant pointer l’index sur qui que ce soit ou  politiser le problème. Tous ensemble, nous devons également redoubler d’efforts en continuant de réprimer sévèrement tous les trafiquants qui sont en train de pourrir notre société.  La répression de l’abus et du trafic de la drogue s’inscrit au nombre des priorités  des 100 premiers jours de mon nouveau mandat. Mais pour que cette lutte soit plus intense et plus efficace, il est nécessaire de coordonner et d’unir nos efforts à ceux de nos voisins de la sous-région. C’est pour cette raison que je m’apprête à proposer la création, auprès de la Commission de l’Océan Indien, d’une structure régionale d’intelligence, de coordination et d’intervention contre le trafic de la drogue. Nous devons combattre ce fléau de la même façon que nous avons combattu ensemble la piraterie avec l’appui des pays voisins et de nos partenaires internationaux.

La seconde priorité de mes 100 premiers jours portera sur la prestation de service. Notre peuple est en effet fatigué de recevoir le mauvais service qu’on lui offre. Il en a assez de la lourde bureaucratie qui encourage le gaspillage des ressources, la perte de temps, le manque de productivité, la paresse et la médiocrité. Mon gouvernement s’inscrit dans la dynamique de l’action. Aussi, j’exige que des mesures appropriées soient prises en conséquence.  Dans ce contexte, j’invite impérativement tous les ministères à faire un audit spécial afin de porter les correctifs partout où cela s’avère nécessaire. Ils ont 100 jours pour le faire, à compter de ce lundi.

Parallèlement, nous allons intensifier les efforts dans le sens de l’application de certaines mesures visant à améliorer les conditions de travail dans la fonction publique, ce afin d’augmenter la productivité et retenir nos jeunes professionnels dans les services. Ces mesures sont incluses dans les priorités que je me suis fixées pendant les prochains 100 jours.

 

Une autre série de mesures portera sur l’augmentation du crédit pour le logement et un accès plus facile à ce crédit. En effet le logement restera au cœur de nos préoccupations durant toutes ces cinq prochaines années, cela parce que nous estimons que tous les Seychellois ont droit à un logement décent au financement duquel ils doivent, toutefois, apporter aussi leur contribution. 

Pendant ces premiers 100 jours, je mettrai l’accent sur la création de plus d’emplois pour nos jeunes à travers le programme « Mon Premier Emploi ». Cela va ainsi encourager la création de petites entreprises.

 

Le secteur privé reste en effet notre partenaire privilégié  dans la construction de notre Nouvelle Seychelles, dans la construction d’une meilleure Seychelles. J’ai déjà dit - et je le répète -  il ne revient pas au gouvernement de faire du business. Ceci est du ressort et de la responsabilité du secteur privé. Aussi, je vous redonne encore la garantie aujourd’hui que mon gouvernement et moi allons continuer à travailler afin de renforcer davantage les capacités du secteur privé. C’est ça que le pays exige. Et c’est ça que nous ferons ensemble.

 

Peuple Seychellois,

Nous n’avons plus de temps à perdre. Le travail nous attend. Le travail dur. Il n’y a donc pas lieu de tergiverser. L’avenir de  notre pays et l’intérêt de nos familles et de nos enfants exigent de chacun de nous tous les efforts. Je n’ai aucun doute que nous soyons tous prêts à le faire. Et nous le feront ensemble,  toujours ensemble pour une meilleure Seychelles.

 

Je vous demande donc, frères et sœurs seychellois, de vous joindre tous à moi afin de continuer à travailler pour notre Seychelles bien-aimée. Notre unique Seychelles.

 

Pour terminer, chers frères et sœurs seychellois, dans quelques jours nous allons célébrer Noël. Faisons en sorte que son message de paix, d’amour et de réconciliation nous inspire. Essayons de vivre et de traduire ce message dans notre vie quotidienne. Je souhaite à tous un très Joyeux Noël !

Vive les Seychelles ! Vive le peuple seychellois ! Et que le Bon Dieu continue à nous couvrir de sa Grâce et bénisse notre pays !

 

 

 

View all speeches