Speeches

State House

Discours du Président James Alix Michel, à l’occasion de la Fête Nationale, Le 29 juin 2015

Mon, 29 June 2015

Chers Frères et Sœurs Seychellois

Excellence Monsieur Tommy Remengesau Président

de la République de Palau

Monsieur le Président James Richard Mancham

Monsieur le Vice-Président Danny Faure

Monsieur le Vice-Président Joseph Belmont

Monsieur le Préfet de la Région Réunion

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale

Monsieur le Président de la Cour d’Appel

Monsieur le Chef Juge par intérim

Monsieur le Ministre Désigné

Monsieur le Commandant Supérieur des Forces Françaises de l’Océan Indien,

Monsieur le Commandant de la Gendarmerie Nationale

Mesdames et Messieurs les Ministres

Madame le Chef de la Majorité Présidentielle

Monsieur le Chef de l’Opposition à l’Assemblée Nationale

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de Mission diplomatiques

Distingués Invités

Je me souviens…

Oui, je me souviens encore, il y a 39 ans, comme des  milliers d’autres Seychellois, de ce jour, de cette nuit là, où notre petit pays est devenu un Etat indépendant.

Du petit coin obscur du vieux stade où j’étais, j’ai été témoin de ce glorieux événement. Un événement historique. Un moment de joie. Un moment de gloire et d’espoir attendu et partagé par tous les Seychellois. C’était le grand rendez-vous avec le destin.

C’était le 29 Juin. Il était minuit. Le Président James Mancham et le Premier Albert René – ces deux grands personnages de l’histoire des Seychelles auxquels nous rendons ce soir un hommage mérité – saluent le nouveau drapeau seychellois qui montait lentement et fièrement pendant que l’Union Jack descendait. Une République venait de naitre. Et une colonie disparaissait de l’histoire. Le peuple seychellois prenait son destin en main.

Nous étions conscients que la voie qui s’ouvrait serait longue et difficile. Nous étions conscients des défis qui se dressaient devant nous, mais nous étions déterminés à les surmonter. Une détermination dopée par l’espoir d’être désormais un peuple libre et indépendant.

Excellence, Monsieur Tommy Esang Remengesau,

Président de la République de Palau,

Excellences

Distingués Invités,

Mesdames et Messieurs,

Nous sommes honorés et fiers de vous accueillir aux Seychelles comme Invité d'Honneur des célébrations de notre Fête nationale. C’est toujours un plaisir pour nous de partager nos réalisations avec nos frères et sœurs insulaires qui éprouvent autant que nous la même appréciation profonde des défis spécifiques que rencontrent les petits États insulaires en développement pour promouvoir un développement durable et l'Economie Bleue.

Les Seychelles et Palau sont naturellement classés comme deux pays qui ont la «durabilité» au cœur de leurs efforts de développement. Nous sommes unis dans le même élan de continuer à parler d'une seule et même voix forte, la voix des PEID, afin de nous faire entendre du reste du monde, surtout en cette année d’action pour le climat!

C’est le lieu pour moi de rendre hommage aux relations de travail exemplaires que les Seychelles et Palau ont en partage, à travers notre coprésidence du GLISPA (le Partenariat insulaire mondial). Ces mêmes relations de travail exemplaires trouvent également toute leur vigueur autant dans l'Alliance des Petits États insulaires (AOSIS), que dans notre récente participation à la Conférence de SAMOA ainsi que les autres foras importants. Nos efforts commencent à porter leurs fruits. Tous ensemble, nous pouvons faire une différence, ensemble nous avons fait une différence et tous ensemble nous allons faire une différence! Merci Monsieur le Président ainsi qu’à votre  délégation !

Monsieur le Préfet de la Région Réunion

A vous aussi, je voudrais dire l'honneur et le plaisir que nous ressentons à vous comptez parmi nous en ce moment mémorable. L'histoire a créé entre les Seychelles et La Réunion des relations exemplaires, pour ne pas dire singulières. Aucune incertitude n’a réussi à entamer jusque-là les liens fraternels, l’amitié et l’estime réciproques que nous avons l’une pour l’autre. Nous en vivons, aujourd'hui, un moment privilégié et je vous remercie de tout cœur d’être parmi nous aux Seychelles.

Chers Frères et Sœurs Seychellois

Nous avons fait d’immenses progrès depuis notre accession à l’indépendance. Cela est un fait indéniable. A preuve, la création et l’affirmation de l’identité d’un nouveau peuple, un seul peuple ; une seule nation ; des progrès dans l’éducation, dans la santé, dans l’habitat, dans le bien-être de nos personnes âgées ; la création de nombreuses opportunités pour la jeunesse ; le développement et l’épanouissement du secteur du business ; le renforcement des capacités du Seychellois ; l’augmentation du Produit Intérieur Brut ; une grande amélioration de notre niveau de vie ; le renforcement de la justice et de la dignité de notre peuple ; le rayonnement des Seychelles à l’étranger, etc. Autant d’acquis qui témoignent du progrès que nous avons accompli ensemble. Ensemble, avec détermination et persévérance, nous avons construit notre Seychelles avec notre sueur. Une Seychelles prospère avec un revenu et un indice de développement humain élevés. Une Seychelles avec une économie solide et performante, et dont la réserve en devises étrangères dépasse aujourd’hui le demi-milliard de dollars américains.

Oui, nous avons fait beaucoup de progrès, accompli de nombreuses réalisations et transformations pendant ces 39 ans, qui font aujourd’hui la fierté de notre nation, la joie et la satisfaction de notre peuple.

Aujourd’hui, au moment où nous célébrons ce 39ème anniversaire de notre indépendance, nous devons tous nous tourner vers l’avenir, et faire fi de nos divergences afin de consolider notre unité nationale : l’unité de notre  pays, de notre peuple. Concentrons nous à redresser ce qui dans le passé n’a pas répondu à notre attente, et par la même occasion, reconnaissons toutes ces réalisations positives accomplies et qui bénéficient à notre peuple tout entier. Reconnaissons et apprécions à sa juste valeur tous les bienfaits dont nous jouissons aujourd’hui, notamment la stabilité et la paix qui règnent dans le pays, l’unité nationale. C’est ce message que je lance aujourd’hui à tous les Seychellois. Un message de paix et d’unité. Un message d’amour, de compassion et de solidarité. Car c’est cela seulement qui nous permettra de faire encore plus de progrès.

Chers Frères et Sœurs Seychellois

Beaucoup de choses ont changé depuis notre accession à l’indépendance. Le pays a connu une transformation phénoménale. Nous devons continuer à nous inscrire dans cette tendance afin que notre pays reste dans cette dynamique de progrès. Nous devons poursuivre les transformations afin d apporter encore plus de prospérité à tous les Seychellois.

Telle est en tout cas la tâche que s’est fixé mon Gouvernement,  qui reste un gouvernement proactif, dynamique et responsable constamment connecté au peuple ; c’est un Gouvernement attelé à la recherche de solutions idoines afin de préserver les acquis, la création d’un climat propice, et qui prend les mesures nécessaires à la création d’une plus grande prospérité et le bien-être de notre peuple.

Rester connecté au peuple signifie aller encore plus près du peuple, l’impliquer dans la gouvernance et dans les prises de décisions qui touchent sa vie quotidienne. C’est lui conférer le pouvoir de gérer de sa communauté, son district, ce de manière démocratique, libre et efficiente. Telle est en tout cas la quintessence de la loi sur le Conseil de District que le Gouvernement se propose de soumettre bientôt à l’approbation de l’Assemblée Nationale. Cette loi prévoit l’élection d’un Conseil de District par tous les habitants du district. Ce qui représente un nouveau jalon dans le processus d’évolution et de renforcement de notre démocratie.

Chers Frères et Sœurs Seychellois

Notre prospérité est tributaire de nos activités économiques et de la productivité. Le tourisme et la pêche constituent depuis longtemps les mamelles de notre économie. Nous dépendons énormément de ces deux secteurs dans la mesure où ils génèrent beaucoup d’emplois, des investissements et constituent par-dessus tout, nos principales sources budgétaires, donc les éléments nourriciers de notre économie.

L’autre secteur clé sur lequel j’ai toujours mis l’emphase, ce que je continuerai à faire, c’est celui des petites et moyennes entreprises. Le développement de ce secteur constitue un élément clé des plans et  stratégies du Gouvernement visant à offrir plus d’opportunités à nos jeunes et, d’une manière générale, à renforcer les capacités de notre peuple. A cette fin, nous avons déjà mis en place certaines mesures, et nous continuerons à apporter tout ce qui participe au développement et à l’épanouissement de ces entreprises, et ce de façon harmonieuse et équitable.

C’est du reste pour cela que nous allons introduire la législation nécessaire au renforcement de l’appui à ces entreprises. La nouvelle loi prévue dans ce sens autorise en effet les entreprises dont le revenu est en deçà de 250 000 roupies de s’enregistrer auprès de SENPA et de se soustraire ainsi aux formalités administratives de la Seychelles Revenue Commission (La Commission des Revenus des Seychelles). Cette loi prévoit également dans ses dispositions un accès plus avantageux au crédit, et même dans certains cas, d’avoir aussi accès aux subventions prévues pour les nouvelles petites entreprises portées sur l’innovation. En agissant ainsi cherchons à libérer la main du Seychellois de toute entrave.

Dans la même lancée, les formalités d’obtention de la licence vont être simplifiées. Certaines catégories de petites entreprises pourraient avoir leur licence dans une semaine seulement et devenir opérationnelles, tandis que se poursuivront les formalités de mise en conformité avec les régulations en vigueur dans les autres secteurs tels que la Santé publique, l’Environnement, etc. Encore, nous voulons libérer ainsi les petites entreprises seychelloises de toute pesanteur.

L’objectif de toutes ces mesures est de permettre à tout Seychellois désireux de lancer sa propre entreprise de pouvoir le faire aisément afin de contribuer à la prospérité et au bien-être de notre peuple. Ces mesures visent également à minimiser la bureaucratie et améliorer les prestations de services, autant de sujets sur lesquels je me suis déjà penché et que je continuerai à suivre de plus près.

Chers Frères et Sœurs Seychellois

Mon Gouvernement encourage l’initiative chez tous les citoyens. Aussi continuera-t-il toujours à mettre en place les mesures adéquates visant à améliorer la productivité et les prestations de service. Des mesures qui seront également accompagnées de stimulants. Car le Gouvernement entend récompenser le travail dur, la productivité et l’innovation.

C’est pour cette raison qu’à partir de janvier 2016, tous les employés du Secteur Public qui ne sont pas signataires d’un contrat à terme fixe recevront le salaire d’un treizième mois, basé sur leur performance. Cependant, cette mesure ne s’applique pas aux titulaires des postes prescrits par la Constitution.

Nous savons que plusieurs compagnies privées offrent déjà ce genre de stimulant. Nous allons donc encourager les autres à en faire autant, tout en veillant à ce que cela n’impacte négativement les petites et moyennes entreprises.

La dignité, le confort et l’appui à nos seniors, comme à tous ceux qui sont dans l’incapacité de travailler ainsi que les plus vulnérables de notre société, ont toujours été au cœur des préoccupations de mon Gouvernement. C’est en relation avec ça que l’année dernière, dans mon discours sur l’état de la nation, j’avais évoqué la question de la pension de retraite que nous appelons également la Sécurité sociale. J’avais dit que celle-ci ne pouvait rester immuable et que nous la verrons à la hausse aussitôt que  nos capacités budgétaires le permettraient. Ainsi, après avoir analysé et pris en considération tous les facteurs, je peux me permettre d’annoncer aujourd’hui avec plaisir que nous sommes à même de faire cette augmentation. En effet, en décembre prochain, la Sécurité Sociale sera augmentée de 500 roupies. Cette augmentation s’appliquera également à ceux qui perçoivent la pension de retraite du Gouvernement.

Cette décision montre on ne peut plus clairement notre ferme engagement à poursuivre l’amélioration du niveau de vie de tous ceux qui se sont investis au service de notre peuple. Nous n’oublierons jamais, ni nos seniors, ni nos citoyens vulnérables.

Je saisis cette occasion pour saluer nos personnes âgées qui ont consenti pendant plusieurs années des efforts pour assurer le succès de notre indépendance nationale. Ces  personnes mesurent parfaitement la différence entre la vie d’hier et celle d’aujourd’hui.

Malheureusement dans cette génération, il y en a qui ont travaillé bien avant l’indépendance  mais sans percevoir aucune pension du Gouvernement britannique de l’époque. Je pense notamment aux marins de la Royal Fleet Auxiliary (RFA) qui ont travaillé sur des tankers et d’autres bateaux anglais.  Le Gouvernement s’engage à les apporter un soutien financier à titre gracieux (ex gratia) à partir de 2016, en reconnaissance de leur contribution. Nous continuerons également à leur apporter tout notre soutien dans leur quête d’un soutien ou  d’une compensation auprès du Gouvernement britannique.

En parlant des citoyens les plus vulnérables de notre société, parmi ceux-ci se trouvent sans conteste les mamans seules. A leur propos, j’ai toujours exhorté les jeunes à prendre leurs responsabilités au sérieux. Une exhortation que je ne cesserai de faire tant que le problème sera là. Parce qu’être parent est une responsabilité partagée que l’on ne peut ni déléguer ni se soustraire. Mon Gouvernement est conscient de la situation difficile dans laquelle se trouvent nombre de ces mamans et du même coup il veut les aider à intégrer totalement la société à travers une activité productive et rémunératrice. C’est dans cette perspective et compte tenu du coût des jardins d’enfants qui s’avère parfois énorme pour beaucoup d’entre elles et qui les force  à rester au foyer pour s’occuper de leurs enfants que le Gouvernement  a décidé de les apporter un appui additionnel en relation avec les ‘’ jardins d’enfants ’’.  Mais je dois souligner que ces mesures n’intéressent pas que les mamans seules,  mais elles concernent toutes les mamans pour peu qu’elles répondent aux  critères établis. Ceci dit, j’exhorte encore une fois à prendre nos responsabilités au sérieux en nous mettant à l’œuvre pour contribuer au développement et au bien-être de notre peuple !

Chers Frères et Sœurs Seychellois

Vous connaissez l’intensité de la lutte que nous menons pour assurer la protection de notre environnement ainsi que l’importance que mon Gouvernement attache aux énergies renouvelables. Notre engagement est de  notoriété internationale et cette image a considérablement renforcé notre réputation d’ardent défenseur de l’environnement et de la cause des petits Etats insulaires. Nous voulons continuer à nous distinguer par l’exemple. Les énergies renouvelables représentent un élément clé de notre stratégie en raison non seulement de son impact sur l’environnement, mais aussi son impact économique. C’est pourquoi nous voulons que toutes les familles seychelloises aient accès à ces énergies. En d’autres termes notre ambition est de ‘’démocratiser’’ les énergies renouvelables. Notre désir, dans ce contexte, n’est pas simplement d’encourager les familles à installer des panneaux solaires, mais nous voulons également et surtout les venir en aide techniquement et financièrement. Ainsi, à partir de l’année prochaine le Gouvernement subventionnera l’installation des panneaux solaires dans toutes les familles qui répondent aux critères établis, au nombre desquels le montant du revenu familial. Par ailleurs, il sera fait obligation d’installer des panneaux solaires sur toutes les nouvelles maisons ou bâtiments à construire. Cette initiative pourrait également être subventionnée si elle répond aux critères définis.

Dans le même ordre  d’idées,  à compter du 15 juillet 2015, tout véhicule électrique sera exempt de taxe. Parallèlement, la taxe sur les véhicules hydride sera réduite à 5%. Cette double mesure vient en droite ligne de notre politique d’énergie propre et d’énergie renouvelable dont elle assurera la promotion.

Les énergies renouvelables, c’est l’avenir. Elles viennent en complément de l’Economie Bleue. Nous avons fait le choix de cet avenir car nous sommes sûrs qu’il garantira la survie de nos enfants, la vie de leurs descendants et celle des  futures générations. Un avenir durable et soutenable.

L’Economie Bleue sous-tend nos deux principales industries. Les petites et moyennes entreprises s’emparent avec ferveur de ce nouveau concept. Un concept innovateur, anticipateur et  enrichissant. Nous voulons en effet que cette économie profite encore plus à ces entreprises. Et pour y parvenir le Gouvernement est en train de mettre en place un Programme dédié spécifiquement aux petits business et moyennes entreprises à travers lequel les entreprises souhaitant se lancer dans des activités liées à l’Economie Bleue bénéficieraient de crédit par le biais de la Banque de Développement et SBFA.

A l’adresse de  Praslin et La Digue où les possibilités de lancement d’un business sont un peu limitées, voire très limitées à La Digue, ce Programme prévoit des dispositions spéciales. Encore une fois, l’objectif à travers ce Programme est de renforcer les capacités  de nos citoyens, notamment les jeunes, en les incitant à se lever pour faire ce dont ils sont capables.

Toujours dans le cadre  de l’Economie Bleue, et en relation avec la protection et la gestion de l’environnement, je voudrais dire quelques mots sur le développement des infrastructures touristiques. Ces infrastructures nous profitent beaucoup. Nombre de ces établissements touristiques sont soit avec des entrepreneurs Seychellois, soit pour des grandes compagnies étrangères. Certains ont une renommée internationale qui rejaillit sur le prestige de notre pays. La présence de ces grandes chaines internationales traduit la confiance qu’elles prêtent aux Seychelles et à son économie. Je les en remercie vivement. J’adresse également mes remerciements aux propriétaires d’hôtels et pensions seychellois pour le rôle capital qu’ils jouent dans l’industrie du tourisme et pour leur importante  contribution dans l’économie nationale.

Sous ce rapport, j’ai pris soin d’écouter et de consulter ici et là. Et je suis arrivé à la conclusion que le moment est arrivé non pas de poursuivre la construction de nouveaux grands hôtels, mais d’améliorer et valoriser davantage ce produit unique que les Seychelles offrent aujourd’hui à la clientèle. En conséquence, le Gouvernement a décidé d’imposer un moratoire, avec effet immédiat, sur tout  nouveau projet de construction d’un grand hôtel à Mahé et les iles proches, à l’exception bien entendu des projets qui ont été déjà approuvés et ceux pour lesquels un consentement a été déjà donné.

Une étude de capacité de charge par des experts locaux et étrangers aidera certainement le Gouvernement à prendre, à l’avenir, les décisions les plus judicieuses concernant tout nouveau projet  de développement dans ce secteur. Cela permettra par la même occasion d’offrir plus d’espace et des opportunités de développement aux petits établissements hôteliers seychellois.

Dans mon discours sur l’état de la nation, j’avais évoqué le Projet Cap Ternay. Malheureusement, malgré tout il y a encore des spéculations et de fausses allégations. Aujourd’hui, je voudrais une fois pour toute mettre fin à toute spéculation sur ce sujet : il n’y aura aucune construction d’hôtel à Cap Ternay, car ce site unique accueillera entre autres un Institut de l’Economie Bleue sous l’égide de l’Université des Seychelles, et des facilités pour la jeunesse. De cette façon, nous ferons un meilleur usage de ce site qui bénéficiera aussi bien aux Seychellois qu’à la communauté internationale.

Chers Frères et Sœurs Seychellois

J’ai à maintes reprises parlé de notre ambition de transformer les Seychelles en une société, une économie, basée sur le savoir ; une société dans laquelle chaque famille aura au moins un diplômé d’université. Graduellement, cela est en train de se réaliser. C’est dire que c’est une ambition réaliste. Mais une telle perspective commence par une formation de qualité, par un renforcement qualitatif de la base et la structure de notre système éducatif afin qu’il réponde aux exigences et attentes de notre Nouvelle Seychelles. C’est un sujet qui a été longuement débattu au sein du Forum Consultatif National. C’est le lieu pour moi de remercier ses membres pour les conseils et les suggestions qui ont été faites à cette occasion.

Ainsi, après maintes réflexions, le Gouvernement a décidé de prolonger la durée de l’éducation obligatoire  qui passera de 10 à 11 ans, c’est-à-dire jusqu’en S5. Cela permettra non seulement de mieux préparer nos jeunes à bien aborder l’éducation post secondaire, mais également les outiller pour le monde du travail et les aider à devenir de bons citoyens.

Certes, il est bien de continuer à reformer régulièrement notre système éducatif. Mais cela en lui-même suffit-il ? Qu’allons-nous faire de tous ces jeunes qui ont fini leur formation postsecondaire, nantis de leur diplôme ?  Quelles opportunités et quel espoir leur offre-t-on pour leur intégration dans le monde du travail et pour entamer une carrière prometteuse ?

Evidemment le Gouvernement ne cesse de réfléchir sur le sujet. Car la Jeunesse Seychelloise, c’est l’avenir, la Jeunesse Seychellois c’est l’espoir de notre pays. Comment l’aider à réaliser ses rêves, ses ambitions et ses aspirations ? Je pense que l’une des meilleures solutions est de leur offrir un travail décent, productif  et rémunérateur qui les permet de développer autant que possible leur potentiel. Un partenariat avec le secteur privé, par le biais de son principal représentant- la Chambre de Commerce et d’Industrie - s’avère à cet égard indispensable. Dans cette optique,  le Gouvernement est en train d’encourager les compagnies privées à employer les jeunes sortants de nos établissements postsecondaires qui sont encore sans emploi. En retour, il leur propose de payer 40%  du salaire de chaque jeune employé pour une période d’un an et touchant un maximum de 7000 roupies par mois, et tous les salaires qui sont au-dessous de cette somme. Ce ‘scheme’ rentrera en vigueur en 2016.

Nous devons tous travailler pour l’épanouissement de nos jeunes. Nous devons les aider à devenir des travailleurs exemplaires, les affranchir de toute entrave et les préparer à prendre la direction de notre pays. Eduquons nos enfants à apprécier ce que nous représentons en tant que peuple et ce que nous avons accompli ensemble ! Eduquons-les à bâtir l’avenir ensemble !

Chers Frères et Sœurs Seychellois

La liberté n’a pas de prix. Il en est de même de la dignité d’un peuple. Le 29 juin 1976, nous avons conquis notre liberté, notre dignité, notre fierté et notre identité en tant que peuple. Continuons donc de  défendre ces principes fondamentaux, à vivre nos valeurs morales et spirituelles notamment nos valeurs créoles. Et inculquons-les à nos enfants.

En tout cas nous sommes prêts et nous serons toujours prêts. L’énergie, la résilience, la combativité et l’unité de notre peuple sont plus fortes que jamais. Aujourd’hui le Seychellois est plus déterminé que jamais, il est encore aussi fort que lors de la lutte pour notre liberté. Notre détermination à naviguer vers de nouveaux horizons et à traverser de nouvelles frontières est plus forte que jamais. C’est cela qui fait notre  force en tant que peuple. C’est cela aussi qui nous unit les uns aux autres. Et c’est cela qui nous permet de regarder vers un meilleur avenir, et jamais, jamais nous n’allons pas revenir en arrière !

Aujourd’hui, 39 ans après cet événement historique, nous avons hissé fièrement les couleurs de notre Troisième République tandis que notre hymne national nous renvoyait aux engagements solennels pris, à ces symboles puissants que sont la fierté, l’unité et la fraternité de notre Nouvelle Seychelles que nous nous sommes engagés à préserver lorsque nous créions cette République.

39 ans d’indépendance déjà …. Cet événement que nous commémorons  aujourd’hui est un puissant symbole d’unité nationale que nous devons insérer dans notre vie quotidienne et dans chacune de nos actions. Un symbole qui transcende les divisions afin que tous ensemble, nous restions debout fièrement et faire le serment de nous munir d’un nouvel esprit fraternel afin de travailler ensemble dans la paix, l’harmonie et la stabilité, pour notre Nouvelle Seychelles.

C’est une occasion de nouvelles célébrations certes, mais un moment solennel qui doit nous unir pour toujours.

Peuple Seychellois

Aujourd’hui c’est notre jour !

Chers Frères et Sœurs Seychellois

Je souhaite à chacun de vous une Bonne Fête d’Indépendance. Que Dieu bénisse et protège notre pays, que Dieu bénisse le peuple seychellois ! Nous aimons tous les Seychelles !

Merci de votre attention !

View all speeches